Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 09:09

 

 

Il n'est jamais anodin de lire un roman de David Vann.

Ceux qui ne se sont pas encore remis de leur lecture de Sukkwan Island peuvent en témoigner, lire David Vann est une expérience littéraire intense et dérangeante.

 

On ne ressort jamais indemne de ses romans mais comme Flaubert le définissait " On peut juger de la beauté d'un livre, à la vigueur des coups de poing qu'il vous a donnés et à la longueur de temps qu'on met ensuite à en revenir".

Et David Vann, c'est ça !

Ses romans sont tragiques, excessifs et d'une extrême noirceur, et je devrais vous mettre en garde contre une indéniable mise en scène de la violence et pourtant je ne le ferais pas parce que David Vann c'est beaucoup plus que cela.

Avec Goat Mountain, il signe le dernier roman d'un cycle familial dramatique et personnel et revient, comme pour boucler la boucle, sur le thème des armes à feu, déjà au coeur de Sukkwan Island.

 

Si certaines scènes m'ont rappelée son premier roman, avec Goat Mountain le discours est tout autre. Nous sommes toujours dans le huis clos familial mais ici l'auteur donne une dimension beaucoup plus politique à la trame romanesque. 

Goat Mountain est un plaidoyer contre la vente libre des armes aux Etats-Unis, et l'auteur, ne faisant jamais dans la demi-mesure, va pousser la réflexion très très loin.

 

Un gamin de 11 ans part pour la partie de chasse traditionnelle de la famille sur le coin de terre qui leur appartient et qui n'est dédié qu'à tuer. Le grand-père, le père, le fils, accompagnés par l'ami de la famille, s'apprêtent à vivre un événement important, cette année le gamin doit abattre son premier cerf !

Alors qu'ils arrivent sur leur terre, le père aperçoit dans la lunette du fusil, un braconnier, il passe le fusil à son fils pour lui montrer ... et c'est le début d'une descente aux enfers !

 

Ponctués de références bibliques ou philosophiques , l'auteur nous tient à la droite des protagonnistes, pris dans cette dualité entre le Bien et le Mal, entre l'instinct et la raison, entre la loyauté familiale et la morale. C'est d'une beauté noire comme peu savent la peindre, le style est absolument magnifique et la profondeur de la réflexion sur la valeur de la vie humaine et de l'instinct de tuer chez l'homme depuis Abel et Cain est passionnante.

 

Vann est un très grand auteur et il le confirme à chaque nouveau roman. Ne vous laissez surtout pas effrayer par tout ce qui se raconte sur ses romans, vous passeriez à côté de l'un des auteurs les plus doués de sa génération.

 

 

 

Le mot de l'éditeur :

Automne 1978, nord de la Californie. C'est l'ouverture de la chasse sur les 250 hectares du ranch de Goat Mountain où un garçon de onze ans, son père, son grand-père et un ami de la famille se retrouvent comme chaque année pour chasser sur les terres familiales. À leur arrivée, les quatre hommes aperçoivent au loin un braconnier qu'ils observent de la lunette de leur fusil. Le père invite son fils à tenir l'arme et à venir regarder. Et l'irréparable se produit. De cet instant figé découle l'éternité : les instincts primitifs se mesurent aux conséquences à vie, les croyances universelles se heurtent aux résonnances des tragédies. Et le parcours initiatique du jeune garçon se poursuivra pendant plusieurs jours, entre chasse au gibier et chasse à l'homme, abandonné à ses instincts sauvages. Soutenu par une prose poétique au rythme obsédant et d'une précision absolue, Goat Mountain est le nouveau roman provocant et visionnaire d'un auteur au sommet de son art. Ce livre ambitieux contient en son essence l'humanité tout entière.À propos du livre ' Les ventes des livres de David Vann totalisent 300 000 ex. en France. ' Goat Mountain est le quatrième roman de David Vann et clôt un cycle romanesque inspiré de son histoire familiale. ' David Vann sera présent au festival America en septembre 2014. Dans la presse américaine Toutes les qualités d'un conte populaire. Toute la force d'une balle tirée d'un revolver. The Economist Un auteur doué d'un talent rare et d'une acuité d'esprit exceptionnelle. THE GUARDIAN Ce roman dur comme la pierre verra son intensité comparée aux écrits de Cormac McCarthy. PUBLISHERS WEEKLY

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
J'avoue, je n'ai pas pu aller au bout de Sukvan Island... Beaucoup beaucoup trop sombre, glauque, poisseux... Brrrrr
Répondre
M
Oui c'est hélas le reproche qui revient le plus souvent et je peux le comprendre. Pourquoi je n'ai jamais trouvé ces scènes glauques et poisseuses ? Difficile à expliquer, probablement parce que je lis ces scènes de violences comme des allégories du désespoir, de la souffrance et de la perte de repères ... je ne les lis jamais au premier degrès et ce recul change tout.
S
A lire les blogs (de fans de Vann pourtant) j'avais le sentiment que celui-là était en dessous de ses autres, qu'il s'était complu dans une certaine violence, et qu'il l'avait moins maîtrisé que ses précédents opus. <br /> Là du coups, tu me mets le doute, bien que quand même, je crains que Vann soit un auteur trop sombre, trop dark et trop désespéré pour moi. Même si je vous entends Attila et toi, ton avant-dernier paragraphe est beau et tentant...mais franchement je freine des 4 fers....
Répondre
M
Je n'ai pas lu ces blogs mais je m'étonne de cette vision des choses parce qu'au contraire la violence de Goat Mountain est très similaire à celle de Sukkwan Island, et c'est assez logique uisque ce sont les deux seuls romans qui dénoncent les armes à feu.<br /> Après c'est sûr que ses romans sont sombres et qu'il y a une vraie mise en scène de la violence mais ce n'est pas une violence qui me heurte ou me choque, et je ne le qualifierai pas de désespéré non plus : je dirai plutôt que ses romans parlent d'amour dans une famille qui a perdu tout repère.
M
Quel enthousiasme ! Bravo ! Bon je dois dire la vérité, j'ai lu Sukkwan Island, et sans aucune provocation de ma part (d'autant qu'Attila rode ici..), j'ai trouve ce livre et cet auteur sans le moindre intérêt...rien à sauver. Je ne le relirai donc pas car quand je suis déçu par une découverte mais qu'il y a quand même des étincelles et que je trouve quelque intérêt, je retente parfois et modifie ma position. Mais là....
Répondre
M
C'est une ruse Attilienne !!! Pour comprendre, va falloir lire &quot;Impurs&quot; !!!!!
M
J'ai pas compris...la mère de Gallen ??
M
Excellent !!!! J'adore
A
Je rôde .........gaffe derrière toi !!! Et vlan ! Un coup de pelle ! Parles en à la mère de Gallen ! ;-)
M
En effet, il semblerait que ton rendez-vous avec Vann est été bel et bien manqué !! Mais je peux tout de même comprendre qu'il puisse provoquer ça !<br /> Bon évidemment j'aimerais te sortir la grosse artillerie de superlatifs et d'éloges en tout genre pour te convaincre au moins de tenter &quot;Impurs&quot; ... mais je sens que la rupture est sans appel alors je dirais juste, quel dommage !!!
N
J'avais tant aimé &quot;Désolation&quot;, quel auteur! Le thème de Goat mountain m'intéresse énormément, j'irai le visiter dès que j'ai un moment.
Répondre
M
Je me demande d'ailleurs comment ce roman est accueilli aux Etats-Unis, il s'attaque quand même à l'un des lobby les plus puissants !!
V
J'ai lu Désolations, je ne mets pas en cause son talent mais cet auteur n'est pas du tout pour moi. Par contre, j'aime bien l'écouter.
Répondre
M
C'est vraiment le genre d'auteur qui ne peut pas plaire à tout le monde. Moi, il me bouleverse mais je peux comprendre qu'il choque !<br /> Par contre je ne l'ai jamais écouté ... d'ailleurs à part Carrère, récemment, je n'écoute quasiment jamais les auteurs.
A
Est ce que tu l'as écouté sur inter dans l'émission l'humeur vagabonde ? Il etait tres interessant (comme toujours hein ?)
Répondre
M
Ecoute ce sera mon baptème &quot;podcast&quot; alors !!!! <br /> Oui je sais j'ai un siècle de retard dans quelques domaines !!
A
Je comprends. Moi non plus je n'aime pas forcément ecouter les auteurs mais lui, il est vraiment intéressant dans qon propos et par sa personnalité
M
En même temps, je n'aime pas trop non plus quand l'auteur fait le commentaire composé de son roman ... ça casse la magie !
A
Tu peux la reecouter ou la podcaster sur le site inter. Il explicitait notamment les metaphores religieuses et faisaient le parrallele avec sa propre histoire...
M
Eh non !!! Je ne suis pas très radio ... je ne l'allume que quand Galéa et toi me signalez une émission à ne pas rater ! <br /> Qu'est ce qu'il racontait ? A-t-il évoqué ce besoin d'aller loin dans les descriptions un peu &quot;nécro&quot;, c'était le cas dans Sukkwan et là encore il y a des passages qui vont assez loin .
D
Un auteur que je n'ai pas encore lu.
Répondre
M
Rhoooo ! Ben alors Denis, qu'est ce que tu fabriques ????!!! Si je peux t'en conseiller un pour commencer, ce serait &quot;Impurs&quot; !
V
Je suis un peu moins convaincue que toi par ce roman. J'ai trouvé les réflexions sur la religion assez délirantes et je n'en ai pas retiré grand chose. Le côté roman à thèse m'a aussi un peu dérangée. Quant à l'intrigue, elle est vraiment très faible. Mais je garde toute ma sympathie à David Vann et j'ai malgré tout aimé ce roman parce qu'il forme un tout avec les précédents, mais je n'aurais certainement pas été aussi indulgente avec un parfait inconnu.
Répondre
M
Voilà un commentaire qui ne manque pas de matière et en même temps je ne partage pas ton avis ... sur aucun des points. <br /> J'ai trouvé l'intrigue intense et captivante, au moins autant que dans Sukkwan Island par exemple. Les réflexions sur les dix commandements ou Abel et Cain sont très à propos et ponctuent magistralement le plaidoyer de Vann. Après pour ce qui est de la thèse, il y a une dimension politique indéniable moins marqué dans ces autres romans mais sans &quot;grand discours&quot; alors je ne comprends pas pourquoi ça t'a dérangée ... dis moi, ça m'intéresse vraiment parce que tu sembles être une lectrice de Vann en plus .
F
Je ne serais pas aussi dithyrambique que toi sur cet auteur. Mais je reconnais que chacune des ses lectures est une aventure, un bouleversement intérieur.
Répondre
M
Et c'est déjà énorme !
A
je suis ABSOLUMENT d'accord avec TOUT ce que tu écris dans ta chronique !<br /> <br /> David VANN est un très grand auteur ! il ne cède jamais à la facilité, ne recule devant rien .... j'ai hâte de lire le prochain !<br /> <br /> et tu devrais lire Dernier jour sur Terre qui complète parfaitement son plaidoyer pour le contrôle des armes mais pas seulement .... c'est aussi une réflexion sur ces instants qu'il affectionnent particulièrement dans ses romans, où tout bascule ....pourquoi certains se reprennent et d'autres vont-ils jusqu'au bout ....c'est vraiment TRES intéressant.
Répondre
M
CA y est, je me suis laissée convaincre par ton fort taux de persuasion, il est sur ma PAL. J'espère juste que son talent me donnera l'impression de lire un roman et non un essai !

Qui Sommes-Nous ?

  • : Les trois petits bouquins et le grand méchant tome...
  • : Blog dédié entièrement à la littérature en général et aux romans en particulier. Les 3bouquins est un lieu de rencontre et d'échange pour tous ceux qui partagent ma passion pour les livres !
  • Contact

Rechercher Un Article

 

Piscine03

 

Pour nous écrire

Vous pouvez nous envoyer un mail :

3bouquins@gmail.com