Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 08:22

 

Meursault, contre-enquête

 

On lit différemment L'Etranger d'Albert Camus selon que nous soyons français, algérien ou américain d'après Kamel Daoud, et bien que ne m'étant jamais posée la question et puisque lui la pose, je suis assez d'accord avec ça .

Il sera forcément question de L'Etranger dans ce billet puisque Kamel Daoud nous offre un sorte de relecture du chef d'oeuvre de Camus, et ça j'aime beaucoup, ces romans qui prennent comme personnage central un autre roman, une œuvre du patrimoine culturel, ancré dans notre mémoire collective.

 

Meursault contre-enquête se présente tel un monologue, sorte de constat désenchanté d'un homme sur son pays. L'idée est absolument magnifique, K.Daoud donne la parole au frère de l'Arabe tué par Meursault dans L'Etranger, personnage secondaire pour Camus qui devient personnage principal de Daoud. Si le procédé n'est pas nouveau, il me plait néanmoins toujours autant.

 

Ce roman sorti il y a un an en Algérie et en avril dernier en France, était passé totalement inaperçu avant que le Goncourt ne lui offre une magnifique vitrine, et depuis c'est le consensus général, tout le monde s'accorde pour dire que c'est un roman formidable.

 

Alors désolée de gâcher un peu l'ambiance mais je serai beaucoup plus réservée sur ce roman.

 

D'accord l'idée est géniale, d'accord K.Daoud a compris que la langue peut-être une arme redoutable et il s'en sert parfaitement d'ailleurs, oui, oui, d'accord sauf que :

 

Meursault a tué l'Arabe il y a 68 ans, et forcément si Daoud veut donner de la cohérence à sa contre-enquête il faut donc inscrire son histoire à cette époque, seulement entre l'Algérie du temps de Camus et celle du temps de Daoud, il y a un monde, et ce monde ne peut être raconté en 250 pages, on sent que l'auteur a des choses à dire, un regard aussi sévère qu'il est lucide sur son pays mais à trop vouloir en dire, le discours en devient décousu, parfois répétitif, on semble tourner en rond comme si l'auteur ne savait plus par quel bout prendre les choses, et le monologue perd ainsi de sa puissance et de son émotion, et je ne parle pas du souffle romanesque noyé dans la complainte.

 

Et puis il y a Camus ! 

Le titre même du roman prend le parti de mettre Meursault en avant et non l'Arabe, on peut donc s'attendre à ce qu'il soit question aussi de Meursault et donc de Camus.

L'Etranger fait partie des romans que j'ai le plus relu, j'aime ce déplorable constat de l'absurdité des choses, j'aime l'idée de non-sens de la vie développée par Camus, j'aime la puissance de ce roman. Et là pour le coup, j'ai un peu eu l'impression que Daoud faisait une relecture d'un roman qui n'était pas celui de Camus. C'était un peu comme ci, le procès fait à Camus était un peu un faux procés. En fait ce qui m'a gênée est de faire de L'Etranger est un roman politique alors qu'il est pour moi un roman philosophique. 

 

 

Peut-être que mon attachement à L'Etranger et à l'Algérie me faisait en attendre trop, oui c'est possible ... Mais quand même .

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sous les galets 12/12/2014 06:47

Mais quel billet Malika!!! (Val a du faire une dépression en le lisant), je ne l'ai pas encore lu, mais j'adore ce que tu en dis, il est drôlement fouillé ton billet, ta conclusion est superbe (sur l'Etranger qui serait un roman politique ou philosophique). Peut-être faut-il être loin du sujet pour l'aimer ce roman, et peut-être que ça dépend aussi de la manière dont on a lu l'Etranger.
J'ai vraiment envie de m'y jeter maintenant.
;-)

Malika 15/12/2014 12:53

Je crois en effet que ton rapport à L'étranger va fortement influencer ton ressenti de lecture. Mais en dehors de cela, c'est un roman qui reste assez confus voire un peu brouillon et cela n'a par contre rien à voir avec Camus.

Sophie S 04/12/2014 14:20

D'accord avec toi Malika, moi qui l'avais aussi entendu à la radio dire des choses vraiment intéressantes, je n'ai rien retrouvé dans le livre auquel je n'ai pas compris grand-chose d'ailleurs. Entre le projet et la réalisation, il y a un sacré décalage. J'ai trouvé la trame trop décousue à mon goût et j'ai fini par m'y perdre. Je ne trouve pas non plus que la langue soit "magnifique", peut-être pas le bon timing cette fois-ci. Malgré tout ça, je tenterai quand même son prochain !

Malika 04/12/2014 21:03

Je trouve aussi que c'est un auteur qu'il ne faut pas lâcher, et ce malgré nos bémols sur ce premier roman.

Alex-Mot-à-Mots 29/11/2014 17:42

J'en avais entendu parler à sa sortie sur France culture. J l'avais noté, et puis oublié. L'auteur était de nouveau ce matin sur cette radio. Passionnant !

Malika 01/12/2014 10:52

Je l'ai entendu aussi dans "Boomerang" sur France Inter, il était effectivement passionnant mais je n'ai pas retrouvé ça dans le roman.

Une Comete 28/11/2014 23:21

Ça ne me dit rien mais rien du tout... Je vais plutôt relire " l'étranger" de Camus...

Malika 04/12/2014 20:26

C'est un roman qui ne me déçoit jamais à la relecture !!

claudialucia 27/11/2014 18:15

Ah! C'est le premier commentaire de blogueuse que je lis sur ce fameux roman! Pas mal ce point de vue différent entre toi et Valérie; Du coup cela donne d'autant plus envie de lire le livre! Moi aussi j'ai été (je suis) une admiratrice de Camus mais il y a si longtemps que je l'ai lu (et relu!).

Malika 28/11/2014 15:32

C'est vrai que ne ne l'ai pas beaucoup vu passer non plus, mis à part chez Valérie ! Et pourtant ce n'est pas faute d'avoir eu une belle couverture médiatique !

Denis 26/11/2014 22:08

Ton ressenti est très intéressant pour le "camusien" que je suis.
Je lirai ce livre pour le "mesurer" à Camus.

Malika 27/11/2014 12:42

AH !!! Camus a des adeptes !!!!

Valérie 26/11/2014 15:43

Bon comme tu t'en doutes, je suis effondrée.
Je ne suis d'accord sur rien mais nous allons vite oublié ce différent entre nous. Par exemple, cette langue superbe n'est pas pour moi l'emballage d'un canevas décousu. Et je trouve que justement, il a fait du roman philosophique de Camus ( et je pense que c'est ainsi que Daoud conçoit ce roman) un roman politique. Il y a pour moi inversion intentionnelle du roman philosophique en roman politique ( mais pas que). Tope là copine, je vais cuver ma peine et je reviens. ;)

Malika 26/11/2014 16:03

Ne sois pas triste blog-mate !!!
C'est vrai que je me suis accrochée pour le terminer parce que cette complainte n'a pas résonné en moi et pourtant tous les thèmes auraient du faire écho,
Et la manière de relire un roman philosophique pour un faire un roman politique ne m'a pas du tout convaincue ... je comprends bien l'idée et l'intention mais le résultat n'est pas concluant pour moi .
Mais t'inquiète le prochain va nous réconcilier , j'en suis certaine !!!!!!!!

Mind The Gap 26/11/2014 15:06

Ce n'est pas pour moi, le thème ne m'intéresse pas et puis suis pas assez culturé je crois ! C'est vrai qu'il a failli avoir le Goncourt mais bon, la force est féminine...bises !

Malika 26/11/2014 15:48

On peut aussi le lire en se disant que cette relecture de L'Etranger n'est qu'un prétexte et dans ce cas ça devient une histoire comme une autre ... mais je pars du principe qu'il y a cetrains romans qu'on ne peut pas choisir par hasard , et dans ce cas en effet il vaut mieux avoir lu Camus quand même

Philisine Cave 26/11/2014 09:39

J'ai adoré L’Étranger de Camus et je pense lire ce roman de Kamel Daoud, surtout que j'ai lu son recueil de nouvelles Le Minotaure 504 avant (et qui déjà augurait une belle plume). Je n'attends rien particulier sur cette œuvre, sauf l'émerveillement : oui, c'est beaucoup ! Bises et bon week-end kafkaïen

Malika 26/11/2014 15:50

Son rapport à Camus et en particulier à L'Etranger est important pour l'appréciation de ce roman, me semble-t-il .

Céline 25/11/2014 19:49

Peut-être que je le lirai un jour mais pour le moment ça ne me tente pas.
Bonne soirée !

Malika 26/11/2014 15:49

Assez particulier comme roman alors je i'm prends bien !

Attila 25/11/2014 09:55

Ton point de vue est tres interessant !! Je voue egalement une admiration sans borne à Camus (aussi bien pour l'ecrivain, l'intellectuel que pour l'homme) et ses questionnements philosophie, notamment sur le suicide, me parlent plus que je ne saurais l'exprimer.

Je lirai ce livrr apres avoir relu l'etranger...et je reviendrai te dire ce que j'en ai pensé. ..

Attila 25/11/2014 12:41

ok ! le WE sera kafkaïen !

Malika 25/11/2014 12:39

Oui j'allais te le proposer, je l'ai acheté , je termine juste le dernier Olivier Adam pour notre prochain cercle et ce week end je serai libre pour Kafka !! Yes !!!!

Attila 25/11/2014 12:25

Pas pour tout de suite .... et "le Procès" tu crois qu'on pourrait le commencer ce WE ou c'est trop tôt ?

Malika 25/11/2014 12:23

Alors j'ai hâte que tu lises Daoud, tu comprendras sûrement le fond de ma pensée !!

Attila 25/11/2014 12:08

Mais si ! Plus qu'une passion : une profonde admiration et un profond respect

Malika 25/11/2014 12:04

Oh mais je ne te connaissais pas cette passion pour Camus !!!

Qui Sommes-Nous ?

  • : Les trois petits bouquins et le grand méchant tome...
  • Les trois petits bouquins et le grand méchant tome...
  • : Blog dédié entièrement à la littérature en général et aux romans en particulier. Les 3bouquins est un lieu de rencontre et d'échange pour tous ceux qui partagent ma passion pour les livres !
  • Contact

Rechercher Un Article

 

Piscine03

 

Pour nous écrire

Vous pouvez nous envoyer un mail :

3bouquins@gmail.com