Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 05:23

Je ne vais pas vous mentir, Charlotte ne faisait clairement pas partie des romans de la rentrée que je comptais lire.

 

Non, parce que moi je l'aimais plutôt bien Foenkinos avant. Son petit côté léger, sympathique, son regard assez juste sur les choses et un style ma foi pas déplaisant du tout.  

Mais ça c'était avant !

Avant Je vais mieux, ou le récit d'un mal de dos !! Le roman de notre rupture ! Et comme je suis du genre rancunière, je pensais vraiment que Foenkinos ne franchirait plus jamais le seuil de ma bibliothèque ...

 

Et puis voilà, Pat de Mind the Gap est arrivé, ému et tout chamboulé, criant à qui voulait l'entendre que le dernier Foenkinos était une petite pépite ! 

Alors j'ai mis ma rancune de côté (oui je sais le faire aussi !), et poussée par la curiosité, j'ai acheté Charlotte !

 

Les drames et les tragédies offrent toujours la plus fabuleuse des trames romanesques et ce n'est pas moi qui affectionne particulièrement la littérature du chagrin qui vous dirais le contraire.

Avec Charlotte, on y est !
Les traumatismes liés à la shoah hantent la littérature depuis plus d'un demi-siècle, et on ne compte plus le nombre de romans bouleversants qui ont mis en scène la mort et la douleur infinie du deuil.

Foenkinos qui nous avait habitué à plus de légèreté, est ici grave, profond, et extrêmement touchant, et ce n'est jamais gagné d'avance d'aborder ce genre de thématique sans tomber dans les clichés et le larmoyant. Et pourtant là, rien de cela !

Pour moi la réussite de ce roman tient à plusieurs raisons,

Tout d'abord Foenkinos tient un vrai sujet, l'histoire incroyable d'une famille maudite. 

Parce qu'au delà de Charlotte, petite fille et dernière descendante de cette famille, il y a une destinée familiale absolument fascinante pour qui croit en ces hasards qui n'en sont pas, à l'idée même de malédiction et au pouvoir tragique de l'inconscient transgénérationnelle.

Tout ça c'est la faute à la Providence, aurait dit le Papet ! Oui certainement, néanmoins personne ne veut croire à la fatalité, cette force obscure qui voudrait nous faire croire que les dés sont pipés d'avance et lire Charlotte, c'est admettre la faille dans nos certitudes bien rationnelles et rassurantes.

 

Ensuite, mais seulement ensuite pour moi, il y a Charlotte, artiste peintre que l'on suit durant sa très courte vie, marquée par le malheur familial et par la barbarie nazie. Charlotte est juive, allemande et artiste, et malgré son courage, sa jeunesse et sa force intérieure, on sait que tout ça va mal se terminer pour elle.

Foenkinos ne cache pas son obsession et sa fascination pour ce personnage bouleversant et ça donne souvent des romans touchants lorsque les auteurs aiment à ce point leur personnage. On le sent d'ailleurs intimidé et encore troublé par Charlotte Salomon, ce qui crée une écriture pudique mais qui aura hélas mis une certaine distance entre Charlotte et moi. 


Et puis enfin bien sûr, pas de roman sans le contexte historique qui fait la dramaturgie de cette histoire. Oui 75 ans après le IIIe Reich, nos auteurs contemporains, qui n'ont pourtant pas vécu cette guerre là, racontent encore et toujours, ces terrible et effroyables pages de la Shoah.  Alors évidemment, on peut se dire "un de plus" et pourtant non on ne se le dit pas.

Probablement parce qu'il y a une vraie sincérité de l'auteur, une honnêteté dans la création et dans la nécessité de raconter cette histoire là, que l'angle du vue est assez différent et qu'on y apprend finalement encore des choses sur cette période.
 

Foenkinos parvient à faire se côtoyer le nazi, dans ce qu'il a de plus abjecte et inhumain, et le Juste, dont le courage et l'insoumission face à la barbarie m'émeut toujours autant, avec beaucoup de pudeur, d'émotion et de puissance narrative, alors même qu'il ne dit finalement pas grand chose, et j'ai particulièrement aimé cette retenue là. 

 

On a beaucoup parlé de la forme de ce roman faite de courtes phrases et visuellement très poétique. Bon, je dirais que oui c'est un peu particulier, suffisamment pour faire parler les bavards mais certainement pas assez pour qu'on ne retienne que cela de Charlotte. L'intérêt du roman n'est clairement pas là, ce serait même presque anecdotique pour moi.

 

Alors voilà, peut-être pas un très grand roman mais un bon roman sans aucun doute, et puis surtout Foenkinos est moi sommes réconciliés, et ça c'est plutôt une bonne nouvelle, non ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

vivi 21/03/2015 19:27

Et moi j'ai adoré Je vais mieux ! Charlotte traîne dans la chambre de Fiston 2, je vais le lire !

Céline 07/01/2015 16:29

Ah, "Je vais mieux", rarement une lecture ne m'a autant ennuyée ! J'avais pourtant aimée "Le potentiel érotique de ma femme" et "La délicatesse". Je pense que je lirais celui-ci, j'ai lu beaucoup d'avis divergents mais le tien me donne envie d'essayer !

Mind The Gap 30/12/2014 16:32

Dire que j'ai failli ne pas voir ta chronique pour cause de pause de Noël. Tu as raison de souligner le coté maudit de la famille de Charlotte, c'est important. Le style est particulier mais ce n'est pas du tout un poème en prose comme certains l'ont dit trop vite. C'est une forme qu'on ne retrouve pas souvent , un petit plus peut être. Même si les chiffres ne veulent pas dire grand chose, juste avant Noël, Charlotte était en tête des ventes, devant le Nobel et le Goncourt...c'est le plus gros succès de Foenkinos en grand format. Belle chronique, très argumentée en effet !

Malika 02/01/2015 12:00

Oui ou la triste vie intellectuelle et culturelle de nos chers compatriotes !!!

Mind The Gap 02/01/2015 11:20

En tête des ventes que quelques semaines mais sur l'année Modiano est devant mais les 2 sont derrière Valoche et Zémort !! C'est la triste vie des ventes de livres !!

Malika 31/12/2014 15:03

Ah oui pour une fois que je fais un lien vers un autre blog, ça aurait été dommage de ne pas le voir !!!
Peut-être pas le roman que j'aurais classé en tête des ventes mais c'est un très joli succès populaire comme on dit !

Alex-Mot-à-Mots 30/12/2014 10:52

Il me tente de plus en plus.

Malika 31/12/2014 15:00

Il se lit très vite, tu peux te laisser tenter sans trop de risque ...

Emma 30/12/2014 05:06

A voir si tu vas continuer à aimer ce qu'il écrit ensuite.... Pour ma part, très en retard, je n'ai rien lu de lui depuis La délicatesse... Celui-ci me tente bien.

Malika 31/12/2014 15:00

Il est certain que Charlotte marque un tournant donc à voir quel chemin il prend maintenant !

sous les galets 28/12/2014 15:27

J'aime beaucoup beaucoup ton billet. Moi aussi j'ai promis à MTG de lire Charlotte et je peux te dire que franchement, il ne m'attire pas plus que cela ce roman, je ne sais pas, un sentiment de déjà lu peut-être. Mais vu ton enthousiasme très argumenté, je vais craquer c'est sûr. Ne serait-ce qu'à cause de ton premier point (l'idée d'une malédiction familiale est pour moi suffisante pour me jeter dessus).
Il est noté, hâte de voir si je suis du même côté que vous...

Malika 29/12/2014 16:31

Pour moi, cette histoire de malédiction familiale est clairement le sujet du roman ... peut-être pas pour Foenkinos qui reste obsédée et fascinée par Charlotte mais bon tu verras et tu me diras. Je crois vraiment que tu devrais beaucoup aimé parce que justement il n'y a pas de sensation de déjà lu ici .

dasola 25/12/2014 08:43

Bonjour Malika, je compte bien le lire l'ayant acheté pour la bibliothèque loisirs dont je m'occupe. Et puis ce roman a été récompensé par deux prix littéraires dont le Goncourt des Lycéens (qui en général, ont bon goût). Joyeux Noël et bonnes fêtes de fin d'année.

Malika 27/12/2014 17:15

Bien d'accord avec toi Dasola, le Goncourt des Lycéens est très souvent un roman que j'apprécie beaucoup contrairement au Goncourt . Très bonne fin d'année à toi.

voyelle 24/12/2014 12:14

"Charlotte" de Foenkinos est ce que fut "Séraphine" pour Martin Provost. ils marchent tous les deux dans les pas d'artistes au destin tragique. même passion, même combat...les mots, les images m'ont beaucoup touché. J'ai très beaucoup aimé "Charlotte" !

Malika 27/12/2014 17:17

Je ne connais pas Séraphine, Martin Provost ce n'est pas lui qui avait écrit une histoire de bifteck ?

Sylvie 23/12/2014 21:52

Très belle chronique Malika ! J'ai ce livre dans ma PAL depuis mon passage à Brives où je ai rencontré Foenkinos. Je l'ai trouvé très agréable et souriant - mais c'est un peu normal lors de ce type de manifestations. Ce sera une première pour moi car je n'ai encore rien lu de lui.
Je te souhaite de très belles fêtes de fin d'année. Joyeux Noël !

Malika 27/12/2014 17:18

Merci Sylvie, très bonnes fêtes à toi aussi !
Charlotte n'est pas très représentatif de ce qu'écrit Foenkinos en général mais ça devrait te plaire pour une première approche.

Alex-Mot-à-Mots 23/12/2014 19:36

Chic, te voilà éco,cilié avec l'auteur.

Malika 23/12/2014 21:47

Oui !!! L'avenir me dira si la nouvelle était si bonne que ça !...Comptez sur moi pour vous tenir informés ...

Nadime 23/12/2014 14:43

Les lectures de Foenkinos sont tellement irrégulières. J'ai aimé certaines, d'autres pas du tout. Mais cette Charlotte je me souviens en avoir lu la critique chez MTG et avoir eu très envie de le découvrir...
Joyeuses fêtes Malika
Bises

Malika 23/12/2014 21:46

Je pense en effet que cela devrait te plaire Nadine.
Très bon Noel à toi dans le grand froid Québécois !!
Je t'embrasse.

Une Comete 23/12/2014 14:20

C''est un auteur que j'aime beaucoup et je l'affirme un monsieur charmant et modeste, j'ai eu l'occasion de le rencontrer. Je vais lire " charlotte" !

Malika 23/12/2014 21:45

Ah ! En tout cas il ne laisse pas indifférent ... et c'est déjà pas si mal !

Attila 23/12/2014 12:47

Oui bon ben .....je te crois sur parole mais il y a tellement de livres extraordinaires que j'ai envie de lire que je ne suis pas sure de vouloir redescendre à du "pas mal" ...mais bon ...si l'occasion se présente ..on verra...j'ai toujours ete fâché avec foenkiki ...donc..

Malika 23/12/2014 21:43

Oui bon ben ... je comprends !! D'ailleurs en parlant de livres extraordinaires qu'il nous reste à lire, j'ai enfin en ma possession La maison muette !!!!! De quoi me faire patienter jusqu'à l'ogre !!!!!

Valérie 23/12/2014 10:16

En fait, je me demande si j'ai envie de me réconcilier avec Foenkinos. J'ai adoré La délicatesse parce que je ne m'attendais pas à ça, mais tout le reste m'a déçue, surtout Les souvenirs. Et lui, je le trouve imbuvable. Rares sont les auteurs qui m'agacent autant.

Malika 23/12/2014 10:43

J'avais plutôt bien aimé "Les souvenirs" et "Lennon" aussi mais cela dit pas sur d'aimer autant si je tente une relecture aujourd'hui .
Par contre j'ignorais son côté agaçant !!! Comme j'évite toute approche des auteurs en-dehors de la lecture de leurs écrits, ce genre d'élément m'échappe souvent ! ... Qu'est ce qui t'agace ? Il est prétentieux, c'est ça ?

Qui Sommes-Nous ?

  • : Les trois petits bouquins et le grand méchant tome...
  • Les trois petits bouquins et le grand méchant tome...
  • : Blog dédié entièrement à la littérature en général et aux romans en particulier. Les 3bouquins est un lieu de rencontre et d'échange pour tous ceux qui partagent ma passion pour les livres !
  • Contact

Rechercher Un Article

 

Piscine03

 

Pour nous écrire

Vous pouvez nous envoyer un mail :

3bouquins@gmail.com