Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 05:02

Oona et Salinger de Frédéric Beigbeder

 

lu par Edouard Baer

 

Rendons hommage aux rendez-vous manqués qui peuplent nos imaginaires.

Lorsque ce roman est sorti en septembre, je n’ai jamais été tentée de le lire. Disons qu’entre Beigbeder et moi, ce n’est pas l’amour fou, enfin surtout de ma part parce que lui ne connaît pas mon existence et se fiche bien se savoir qu’il m’insupporte. J’ai abandonné Windows on the world (je crois que je n’avais pas l’âge du public visé) et ai souvent été agacée par Un roman français dont je ne garde qu’un souvenir, celui de la scène où il prend de la cocaïne (à moins que ce ne soit une autre substance) sur le coffre d’une voiture. Le personnage m’énerve, son écriture aussi, bref je partais avec quelques a priori. Sauf que j’avais envie de découvrir la version audio lue par son ami Edouard Baer, dont j’adore la diction et la folie.
Oona et Salinger, c’est en fait un roman sur les deux histoires d’amour d’Oona O’Neill, la réelle, celle qu’elle vécut avec Charlie Chaplin, et celle qui existât surtout dans la tête de Jerry Salinger. J’avais peur que ce roman de Beigbeder ne soit pour lui qu’une manière de justifier sa préférence pour les jeunes filles, mais il ne parle de sa jeune femme quand dans la toute fin du roman et il aurait pu tout aussi bien s’en passer mais j’ai tendance à pardonner à l’auteur amoureux de n’avoir pu s’empêcher de le faire. J’ai beaucoup aimé le prologue dans lequel Beigbeder fait preuve d’autodérision en expliquant pourquoi il s’entoure de jeunes. Et je me suis dit que s’il parvenait à conserver ce ton drôle et ironique, j’allais aimer et c’est ce qui s’est passé. Il m’a fait rire d’emblée avec ses allusions aux expressions qu’il ne peut pas utiliser avec les jeunes, comme ramer comme Gérard D’Haboville et comme on le sait, quand on fait rire une femme… Bien sûr, j’ai parfois été agacée par des phrases comme « Une fille, c’est comme une coffre fort, ça s’ouvre et ça se referme. Il suffit de trouver le bon mot de passe. » ou « Je te prie d’excuser cet excès de correspondance. Depuis que je te connais, je suis envahissant, je suis ton Hitler et tu es ma France ». Mais même ça, j’ai décidé de le prendre au deuxième degré et je pense que c’était le but. J’ai moins aimé les parties sur les camps que la peinture des années 40 mais j’ai été touchée par le portrait de Salinger que brosse Beigbeder parce que jusqu’ici, je l’avais surtout vu à travers les yeux de Joyce Maynard et le résultat est très différent. Même si Beigbeder ne le ménage pas vraiment, on découvre un homme qui n’a jamais oublié son premier grand amour et cet amoureux qui a besoin de croire en quelque chose alors qu’il est à la guerre et qui apprend que celle qu’il aime se marie à un vieux, même si ce vieux s’appelle Chaplin, m’a émue.
Ne nous mentons pas, je ne suis pas sûre que la rencontre entre ce livre et moi se serait faite sans le lecteur. J’ai aimé son ton narquois, sa manière atroce de prononcer les mots anglais (Edouard, dites-moi que vous avez un peu forcé le trait), particulièrement le mot « casualties ». Bref, je crois que je pardonne tout à Beigbeder quand il est servi par Edouard Baer. D’autant que pour moi, l’oral convient bien mieux à ce texte que l’écrit. C’est un livre que je vous conseille d’écouter plutôt que de lire. En aimant ce roman, je sais que je déçois mes amies lectrices qui ont bon goût, et sans doute que je me déçois un peu moi-même.

Pour la petite histoire, je trouve que la fille d’Oona, Géraldine Chaplin, ressemble beaucoup à Oona. Elle a donné à sa propre fille le prénom de sa mère.

Publié chez Audiolib le 13 Novembre 2014 Durée : 5h59- Lu par l’excellent Edouard Baer et l’auteur pour le prologue et la fin. C’est ma première écoute dans le cadre du Prix Audiolib 2015.





 

Partager cet article
Repost0

commentaires

enna 11/04/2015 09:45

Moi j'ai été vraiment gêne par la lecture d'Edouard Baer (particulièrement les passages en anglais :-(

Mind The Gap 25/03/2015 09:30

J'ai beaucoup aimé ce livre...il m'a aussi permis de lire Sallinger puis Hémingway que je n'aurais jamais lu sans Frédo. J'aime beaucoup Edouard Baer aussi, il me fait vraiment rire.
C'est quoi le bon goût en littérature au fait Valérie?? Si tu me trouves une belle définition je t'envoie un colis de bonbons...

sous les galets 23/03/2015 06:49

bon je suis en pleine souffrance évidemment, pourtant j'avais dit que je ne le lirai pas le billet de Val. Je vais me dire que c'est l'effet Edouard Baer alors, parce que vraiment, à lire, c'est une souffrance, et je n'ai réussi à trouver aucun second degré là dedans.
Mais je pense que peut être copines sans avoir les mêmes gouts...

sylire 16/03/2015 21:01

Pour une fois je suis plus sévère que toi. Ce qui est amusant, c'est que nous n'avons pas aimé les mêmes parties du roman.
Contrairement à toi, j'ai bien aimé un roman français. Mais dans un billet pour sur Oona et Salinger je n'avais pas envie d'entendre parler de lui !

Valérie 17/03/2015 18:01

Je n'ai pas non plus vraiment aimé quand il parlait de lui sauf dans le prologue et quand il rencontre Oona.

Valérie 16/03/2015 20:05

@Nadine: merci, Nadine.
@Alex: à mon avis, oui.
@Malika: un grand merci à toi, ça me tenait à coeur d'être ici pour ce billet. Et à bientôt.
@Philisine: et je ne m'attendais pas à le défendre.
@Attila: pas la mienne non plus a priori. L'effet Lisboa sans aucun doute. ;)

Nadine 16/03/2015 16:13

Moi il me tente bien ce roman!
Heureuse de découvrir ta belle plume Valérie...
Belle journée à vous deux

Alex-Mot-à-Mots 16/03/2015 11:27

A écouter, donc.

Malika 16/03/2015 09:19

Ah mais non !!! Nulle déception bien au contraire ...c'est faire preuve d'ouverture d'esprit que d'aimer ce qu'on était programmé à détester !!
Tu sais déjà que j'ai vraiment pris beaucoup de plaisir à lire ce roman et lu par Edouard Baer, qui excelle dans l'art du second degrés et de la dérision est vraiment un très bon choix !
Merci Valérie pour être passée par ici ... tu reviens quand tu veux !

Philisine Cave 16/03/2015 07:56

Je ne suis pas sûre de lire ce roman-ci de Beig pour la simple raison, qu'après en avoir lus trois de lui, j'ai l'impression d'avoir fait le tour de son univers. Ton article bien écrit exprime parfaitement ton ressenti. Tu le défends justement. Bisous et bienvenue chez Malika

Attila 16/03/2015 07:37

Contente de te retrouver chez Malika !!!! l'effet Lisboa peut être ??
bon Beigbeider .....oon en a déjà parlé ....not my cup of tea.;-)

Qui Sommes-Nous ?

  • : Les trois petits bouquins et le grand méchant tome...
  • : Blog dédié entièrement à la littérature en général et aux romans en particulier. Les 3bouquins est un lieu de rencontre et d'échange pour tous ceux qui partagent ma passion pour les livres !
  • Contact

Rechercher Un Article

 

Piscine03

 

Pour nous écrire

Vous pouvez nous envoyer un mail :

3bouquins@gmail.com