Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 05:49

Les jouets vivants de Jean-Yves Cendrey

 

9782757802533

 

Ma rencontre avec ce roman:
 

Une émission littéraire dont Jean- Yves Cendrey était l’invité. L’envie immédiate de lire cet écorché vif, rebelle qui ne semble écrire qu’avec son sang. Ce livre parce qu’il est le plus autobiographique, celui dans lequel J-Y. Cendrey rouvre les cicatrices palpables dans tous les autres.

 

 

L’auteur, ce que j’en sais :

 
Jean-Yves Cendrey est né en septembre 1957 d’un père adjudant alcoolique dément et violent et d’une mère inapte à protéger ses deux fils. Enfance meurtrie ballottée au gré des internements psychiatriques et des mutations de son militaire de père ; adolescence flirtant gaiement avec la délinquance. En 1985, il rencontre la littérature au travers un roman qu’il a volé : Quand au riche avenir. Il écrit à l’auteur, Marie N’Diaye, lycéenne surdouée et timide, elle lui répond, ils se rencontrent, s’aiment, se marient et ont 3 enfants. Après l’élection de Nicolas Sarkozy, J-Y Cendrey et Marie Ndiaye quittent la France et s’installent à Berlin.


 

L’histoire, ce que je veux en dire :
 

Le livre s’ouvre sur une lettre au père, véritable déclaration de guerre, pétri de colère, de rage, éclairée par la lumière crue d’une lucidité sans fards. Cette lettre annonce la volonté d’une autobiographie radicale dans laquelle l’auteur ne s’accorde aucune forme de complaisance. La deuxième partie du livre présente l’auteur et sa famille , leur installation dans ce village normand. Une troisième partie relate comment il se retrouve confronté, au sein même de l’école de ses enfants, à un instituteur pervers et pédophile, comment devant cette provocation lancée par l’existence, J-Y.C conduira lui-même le criminel à la gendarmerie, bravant le silence qui le protégeait depuis 30 ans.
 

 

Mon avis sur la question:


J’ai personnellement très sincèrement peur des lieux communs, des poncifs ou autres sophismes burlesques dont on use pour justifier des actes ou des idées. Je crois qu’ils sont la nourriture de la bêtise la plus noire car toujours bien pensante. Ici, J-Y. Cendrey nous bouscule et interpelle: « quelles sont ces circonstances dans lesquelles des gens paisibles et respectueux deviennent des salopards » .
Depuis 30 ans dans ce « village de la honte », des gens souvent parents
même des victimes, préfèrent le secret pour éviter le scandale de l’obscène abjection de la vérité. La lettre au père qui ouvre le récit nous permet de comprendre comment le vitriol refait surface dans les veines et la plume de J-Y.Cendrey : il sait la brûlure, il voit lorsqu’on défigure et consume petit à petit de l’intérieur ces enfants qu’il ne pourra lui, que défendre envers et contre tous. Entre la négation et la haine, J-Y.C a choisi la haine. Les enfants eux- mêmes pourraient-ils s’en sortir, une fois même les faits reconnus et le coupable confondu, s’ils n’opèrent pas eux aussi ce choix, ce droit à la haine?
Au royaume des victimes, J-Y. Cendrey est le héros. Il interroge encore, « est-il un chevalier blanc, protecteur des enfants ? Ou bien sa manière est-elle la plus simple du monde »?
Ce livre nous questionne sur notre propre propension à ne pas voir la meurtrissure des petits, des faibles, à enfiler des masques de bienséances, et finalement à nous rendre complices. Ce livre m’interpelle aussi sur la qualité rédemptrice de la haine. Je suis intimement convaincue qu’elle peut, telle une perche tendue, sortir les enfants martyrs de l’eau nauséabonde dans laquelle leur bourreaux les avaient enfermés puis regardés ce noyer, je doute que sa portée soit assez grande pour les sortir de l’aquarium sur la vitre duquel ils s’usent encore les ongles. Pouvoir respirer suffit-il à être libre?
 

 

L’image qu’il me restera de ce roman:


Un rite primitif, une procession des plus belles vierges que l’on s’apprête à sacrifier dans un cratère pour les offrir au dieu volcan afin de s‘en attirer les bonnes grâces.
 

 

Une phrase qui donne le ton:


« écrire, pour remuer les gadoues, tordre les cous, se payer du rire à la régalade, ne jamais lâcher et puis en douce, s’émerveiller, s’extasier d’aimer d’amour même quand on a vécu pour la guerre et la guerre seule, se pincer, pour être sûr qu’on est aimé, quand on s’est tellement plu à ne prôner que le désir, et à moquer l’amour, à le jouer par des tricheries sans nombres. »

 

Le roman en 3 mots :

-Brûlure
-Vérité
-Vitriol

 

 

Le mot de l'éditeur :

 Au fil d'une virtuose et rageuse Lettre au père, Jean-Yves Cendrey évoque les violences qui ont dévasté sa jeunesse. Il puisera dans cette douleur, bien des années plus tard, la force de confondre un instituteur pédophile. Le jour des obsèques de son père, Jean-Yves ira dans un autre cimetière. Là, parmi les tombes, il choisira un nom, et il lui confiera la chronique du " village de la honte ". Celle de drames coulés dans l'oubli par ceux qui auraient pu intervenir. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Laetitia 12/01/2012 10:10


Mon dieu, mon dieu,


Suite a la présentation de ce livre au cercle, hop j'ai couru chez mon libraire pour le commander (j'aurais du me mefier, il ne l'avait pas en stock). Et la... que dire? bon avant de faire des
GREU et GREU je vais quand meme essayer de le terminer mais ce style oh lala. Je dois lui reconnaitre, qu'avec sa femme ils forment un couple parfait : meme prétention dans l'écriture, phases
alabiquées, c'est ronflant, on essaie de faire des figures de style, des pirouettes sans talent (je n'aime pas juger mais bon on est la pour cela quand meme). 


Bref, je n'ai aucune sympathie pour cet auteur, et pas plus que pour sa chère et tendre (c'est elle qui l'a "découvert" en tant qu'écrivain non??, j'imagine très bien la Marie lui donnant des
conseils d'écriture). 


Il avait une histoire, alors pourquoi n'est il pas resté dans la simplicité? 


Bref je n'aime pas, je vais quand meme le terminer en esperant revenir sur mon jugement. 


Laetitia 

Malika 12/01/2012 10:15



Bravo, je n'ai pas eu ta patience, ton courage et ta perseverance ...je n'ai pas pu dépasser la page 15 !!!



Luna 05/01/2012 13:25


après avoir lu ton avis, je n'ai vraiment aucune idée de si j'apprécierais ce livre...

Attila 05/01/2012 09:46


eh ben ça commence fort 2012 !!!! à lire la chronique j'ai été totalement emballée par ce roman qui m'a l'air fort et torturé comme je les aime. Mais il est vrai que le commentaire de Malika
(avec laquelle nous sommes souvent d'accord, et surtout sur le STYLE ...) me tempère un peu .... Mais demain c'est vendredi et le vendredi ........c'est librairie !!! et avec une telle chronique,
impossible de ne pas me jeter dessus !


merci encore à toute l'équipe des 3 petits bouquins ( et en particulier à Malika) pour toutes vos chroniques, portraits chinois, coups de coeur et autres billets doux qui donne tellement envie de
plonger encore plus loin dans les rayons des librairies !!


et en plus, pousser à la consommation en période de récession, c'est un moyen intelligent de soutenir l'économie !

Malika 05/01/2012 20:13



Merci Attila !!


Tu reviens nous dire ce que tu en as pensé ... on ne sait jamais, ça me décidera peut être à le reprendre !!!



Malika 05/01/2012 09:17


Le propos semble sincère et profond mais son style m'a vraiment empêché de rentrer dans l'histoire, des phrases trop longues, des tournures trop torturées et un manque de fluidité m'ont fait
lâcher prise ...dommage car à t'entendre et à te lire, je passe à côté de quelque chose !!

Qui Sommes-Nous ?

  • : Les trois petits bouquins et le grand méchant tome...
  • Les trois petits bouquins et le grand méchant tome...
  • : Blog dédié entièrement à la littérature en général et aux romans en particulier. Les 3bouquins est un lieu de rencontre et d'échange pour tous ceux qui partagent ma passion pour les livres !
  • Contact

Rechercher Un Article

 

Piscine03

 

Pour nous écrire

Vous pouvez nous envoyer un mail :

3bouquins@gmail.com