Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 05:27

 

 

 51puYSEipUL.jpgexpo-58-M140345.jpgreparer-les-vivants-M137228.jpgBildschirmfoto-202014-02-26-20um-2012_43_47.png

 

Réparer les vivants de Maylis de Kerangal

Expo 58 de Jonathan Coe

Londres par hasard d'Eva Rice

Le chasseur zéro de Pascale Croze

Notre-Dame du Nil de Scholastique Mikasonga

L'année des volcans de François-Guillaume Lorrain

Le soldeur de Michel Field

La grande course de Flanagan de Tom McNab

 

9782070456314.jpglondres-hasard-1455475-616x0.jpgcvt_Le-Chasseur-zero_4840.jpg9782290072790

Repost 0
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 05:25

 

 

ô combien est importante la première phrase d'un roman !

C'est elle qui donne la clef, le ton, l'envie ...

 

Je vous propose ce petit rendez-vous dominical pour partager encore et toujours notre amour des livres et des mots ...

... l'idée est simple, il s'agit d'écrire l'incipit du roman que vous avez actuellement en main .  

 

    51puYSEipUL.jpg

 

"L'enseigne lumineuse du World Theater clignotait faiblement dans la nuit de Broadway."

 

Repost 0
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 05:51

 

stendhal-f2b86.jpg

 

"Un roman est comme un archet,

la caisse du violon qui rend les sons,

c'est l'âme du lecteur."

 

Stendhal


Repost 0
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 05:38

 

Citation_Jules_Renard.jpg

 

 

C'est demain soir que notre cercle se reforme autour de romans qui ne semblent pas avoir déchainé les passions ... à moins que !! Une liste de livres qui nous offrira, quoiqu'il en soit, matière à papoter, échanger et débattre ...

Alors vivement demain soir que le cercle s'anime !!!

 

 

  Les livres que j'ai lu pour le Cercle :

 

      ainsi_resonne_lecho_infini_des_montagnes_khaled_ho-copie-1.jpg41m6DcNAecL__.jpg41USbhEC7ZL

 

Ceux que je connaissais déjà :

 

41ymf5EPaqL51bL1mx7WyL

 

 

Et celui que je présenterai :

 

41bgEfJCVTL

Repost 0
Published by Malika - dans Fourre Tout...
commenter cet article
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 14:30

 

 

reparer-les-vivants-M137228.jpg

 

 

C'est beau le don d'écrire ainsi !

Cette manière de jongler avec le vocabulaire, de donner de la noblesse au verbe et du sens aux mots . C'est ce qui saute aux yeux dès les premières pages, l'importance du mot choisi, de la musicalité de la phrase et du sens que l'on donne à tout ça !

Et puis il y a la griffe, la signature en une syntaxe,  la plume qui ne ressemble à aucune autre, et c'est suffisamment rare pour être salué.

Le sujet est audacieux voire carrément casse-gueule, l'histoire d'une greffe cardiaque en 24hrs chrono.

Simon a 19 ans, il sera le donneur, Claire en a 50, elle attend un coeur pour remplacer le sien qui la lâche. Entre Simon et Claire, il y a les autres, ceux qui soignent, ceux qui espèrent, ceux qui pleurent, ceux qui réconfortent, ceux qui travaillent, ceux qui souffrent et ceux qui aiment. Histoire d'une greffe, disions-nous ? Histoire de la vie, disons plutôt. 

Juste impossible à lâcher malgré la charge émotionnelle, magistralement maîtrisée, qui m'a parfois donnée envie d'aller respirer ailleurs ... ailleurs que dans cet hôpital et loin de cette mère qui vit le cauchemar absolu.

Mais voilà, il y aussi ce message d'espoir, cet appel à la vie, cette ultime chance offerte à d'autre, cette philosophie ancrée dans l'idée même du don d'organe, et puis il y a surtout les mots de Kerangal, parce que quand même quelle auteure !!! Ces mots, cette limpidité à dire les choses , à faire ressentir l'indicible, c'est beau, c'est du grand art, et c'est bien l'admiration qui m'aura permise de supporter l'émotion de la première partie du roman.

Si la seconde partie du roman n'a pas la même intensité ni la même charge émotionnelle,  son approche du sujet n'en est pas moins intéressante , cette manière de raconter une greffe en englobant la vie de tous ceux qui gravitent autour, en passant de l'anecdotique à l'essentiel, de la vie à la mort, du grave au léger, c'est intelligent, sensible et pertinent. Maylis de Kerangal orchestre ses personnages à la manière d'un roman choral, dans lequel chacun va jouer sa partition pour donner corps à une symphonie humaine qui fait la part belle à ce qui fait écho en nous.

C'est captivant, bouleversant et admirable ! A lire, à relire et à offrir !

 

Je terminerai en remerciant Anne-Charlotte dit Boulie pour avoir éveillé ma curiosité et m'avoir ainsi donnée l'occasion de lire ce magnifique roman.

 

 

Le mot de l'éditeur :

 Le cœur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d'autres provinces, ils filaient vers d'autres corps.» 

Réparer les vivants est le roman d'une transplantation cardiaque. Telle une chanson de gestes, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d'accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le cœur, au-delà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l'amour.

Repost 0
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 05:45

 

 

Repost 0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 05:09

 

 

 

308612_big-ben-a-londres.jpg

 

Le blog fait une pause le temps d'une escapade au pays de Dickens, Shakespeare et Austen ...

      

Repost 0
Published by Malika - dans Fourre Tout...
commenter cet article
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 05:18

 

 les_reflets_d-argent.jpg

 

Ceux qui suivent ce blog régulièrement, connaissent mon admiration pour Susan Fletcher. Je la suis roman après roman depuis "La fille de l'Irlandais", et c'est à chaque lecture un nouvel enchantement.

Alors lorsque Ségolène m'a offert le dernier roman de l'auteur, forcément j'étais aux anges ! Et je le suis restée une grande partie du roman ...

 

Ce roman aux allures de conte enchanté nous offre une belle histoire basée sur une légende,  celle d'un homme-poisson qui apparait aux âmes désespérées tel un réconfort à leur douleur. Sur la petite île d'Ecosse de Parla, cette légende perdure depuis des décennies . Les hommes y puisent réconfort et espoir tel un refuge face aux duretés de la vie. Et puis un jour, un homme est retrouvé échoué sur une plage, inconscient et quasi nu ...

 

Susan Fletcher est de ces auteurs, et probablement de ces personnes, qui mettent de la magie et un souffle d'âme aux petits rien de la vie, de ceux qui trouvent du sens et de la beauté aux choses, rendant, par la même, la vie plus belle. Elle a ce don, ce supplément d'âme , qui me touche et me plait.


J'en étais là de mes pensées jusqu'au moment où notre chère Susan Fletcher pris un virage littéraire à environ deux cent pages de la fin pour naviguer sur les flots des bons sentiments, se noyer sous la guimauve et me perdre dans une succession de clichés mièvres, l'histoire a commencé à tourner un peu en rond et les promesses du début n'ont plus été tenues.

 

Alors oui cela reste un roman très Fletcherien, pour l'ode à la nature, le style toujours aussi iodé, cette beauté des petits-riens que l'auteur affectionne tant, ces rencontres improbables qui changent une vie et l'onirisme qui plane sur tous ses romans ... mais Les reflets d'argent reste tout de même en-deçà du style sans faille auquel elle nous avait habitués avec ses trois précedents romans.

 

 

Posté le 21 fev 2014

 

Le mot de l'éditeur :

Une légende raconte qu'il y a très longtemps un homme, pleurant son amour perdu, entendit en marchant sur une plage de l'île de Parla, une voix portée par le vent, ces mots comme soufflés par la mer : l'espoir existe. Il se tourna alors vers la mer, et vit un homme au loin, flottant à son aise dans l'eau déchaînée. L'homme plongea et ne reparut pas. Il avait une queue de poisson. Certains le prirent pour un fou, d'autres le crurent, car cette île avait toujours charrié drames et miracles, et porté les hommes qui y vivaient comme des éléments naturels, composant sa force. L'homme retrouva celle qu'il aimait et vieillit avec elle sur les rives de l'île.
Ce jour-là, sur cette même rive, le jeune Sam Lovegrove découvre le corps d'un inconnu, il s'approche terrorisé, croyant faire face à un cadavre. Puis recule en criant, car l'homme n'est pas mort. Colosse battu par les vagues, l'homme a survécu. Sam court chercher son père, son oncle et son cousin, pour l'aider à transporter le corps chez l'infirmière de l'île, Tabitha. Pour Tabitha, comme pour les quatre hommes, cette apparition est troublante, tout comme les cheveux noirs et la barbe de cet inconnu, qui réveillent les souvenirs d'un disparu.
Personne n'a revu Tom depuis quatre ans. Et à présent que la rumeur de l'apparition se répand sur l'île, de proche en proche, jusqu'à la veuve de Tom, les légendes semblent tout à coup plus réelles, les hommes semblent soudain réécrire l'histoire de l'île, ramasser ses mythes sur le rivage, leurs espoirs bouillonnant dans les flots comme autant de reflets d'argent sous le vent.

Repost 0
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 05:15

 

Le problème Spinoza d'Irvin Yalom

chroniqué par Sophie

 

 LY89WCA2JR3E5CACLHEWSCA37P3J8CA0WY8KTCAYF4IQQCAM7YITZCAIOKS.jpg

Ma rencontre avec ce roman :

Framboise, du cercle, qui aime bien cet auteur aussi me l’a recommandé.

 

L’auteur ou ce que j’en connais :

Il aime bien mêler la philosophie et la psychanalyse. Dans ce cas précis, vient aussi se rajouter une forte dimension historique à travers le personnage de Rosenberg.

 

L’histoire ou ce que je veux en dire :

A la genèse de l’écriture du livre se trouve une question : pourquoi le Reichsleister Rosenberg, grand idéologue du IIIe reich et tête pensante d’Hitler a-t-il pillé systématiquement la bibliothèque de Spinoza en mai 1940 ?

L’auteur a pris le parti de faire se succéder, au gré des chapitres, la vie de Spinoza avec celle de Rosenberg. L’histoire débute alors que Spinoza, encore jeune et considéré comme un prodige par les grands rabbins, en vient progressivement à mettre en doute publiquement la véracité des textes religieux et du message divin. Pour Spinoza, dieu est un « être » infiniment parfait ni bon, ni mauvais et qui n’a rien à voir avec l’homme, c’est au contraire l’homme lui-même qui prête à dieu des intentions qui n’ont rien à voir avec lui. Les textes religieux ne sont qu’une compilation de textes qui peuvent se contredire. Ils véhiculent un état de superstition qui rend l’homme comme étranger à sa propre intelligence et à son libre-arbitre. Ces révélations font l’effet d’une bombe dans la communauté des juifs d’Amsterdam de l’époque et vont conduire le grand rabbin à prononcer contre lui un herem d’une violence inouïe. Spinoza est banni à jamais de la communauté, personne ne doit plus lui adresser la parole, ni lire ses écrits ni parler de lui. Il va donc devoir quitter les siens…

Rosenberg, déjà très antisémite à 16 ans, reçoit comme punition de lire l’Ethique de Spinoza. Mais ce texte résiste à sa compréhension et surtout, pour lui, il est inimaginable qu’un juif ait pu écrire un texte d’une telle intelligence. Cela va lui poser problème toute sa vie, alors même qu’il commence à se faire connaître pour ses idées extrémistes et qu’il se rapproche du jeune Hitler qui fait de plus en plus parler de lui.

 

Mon avis sur la question :

L’auteur nous permet de comprendre le cheminement de la pensée spinoziste mais ça se lit comme si c’était un roman car c’est très vivant. On ressent l’atmosphère des lieux, on est touché par l’histoire aux échos très actuels.

Avec ce même souci du détail et ce sens du rythme, on assiste à la naissance du monstre Rosenberg, dans une Allemagne remplie de rancœur à la suite de la défaite et du traité humiliant qui l’a suivie. Et cette fois, la psychanalyse ne sera d’aucun secours… L’alternance entre les deux récits fonctionne bien et donne de l’épaisseur à l’histoire.

 

Trois mots pour définir cette œuvre :

  • rationalisme
  • vérité
  • liberté

 

Une phrase qui donne le ton :

La force d’une conviction est sans rapport avec sa véracité.

 

Repost 0
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 05:58

 

 

  9782757835968-copie-1.jpg

 

Agnès Desarthe a cette particularité de traiter de sujets inhabituels sous un angle toujours singulier, c'est ainsi qu'Une partie de chasse débute avec pour narrateur, un lapin.

Un lapin doué de sentiment et de raison qui nous fait partager sa crainte du chasseur et sa détermination à ne pas mourir jeune.

Saugrenue, farfelue ou enfantin me direz-vous ? Et bien non, pas quand c'est Agnès Desarthe qui tient la plume. On est en totale empathie avec ce lapin, embarqué dans son combat jusqu'au moment où le chasseur entre en scène ...

Et c'est au tour du chasseur de devenir narrateur, et bien entendu le dit-chasseur n'est pas celui auquel on s'attend.

 

L'approche d'Agnès Desarthe est toujours basée sur le ressenti, l'empathie et donc la psychologie des personnages, la partie de chasse sera ainsi le pretexte à faire sortir des traits de caractères, à panser de vieilles blessures et peut-être à faire taire de vilains fantômes.

Je suis toujours interpellée par les romans d'Agnès Desarthe, jamais vraiment de coup de coeur mais toujours un état de refléxion sur des sujets auxquels je ne réfléchis pas vraiment ou plutôt pas sous cet angle là. Et c'est probablement ce qui me plaît chez elle, ce talent et cette intelligence à nous faire regarder les choses autrement.

Et j'en étais là de ma reflexion, lorsque l'auteur prit un virage à 180 degrés et changea complètement de sujet. De chasse il n'est plus question, on ne se préoccupe plus du tout du petit lapin ... bref, on se retrouve plongé dans une toute autre histoire (pas particulièrement intéressante de surcroît) alors qu'on nous avait pourtant annoncé une partie de chasse !

 

Dommage, j'aurais préféré que le roman s'attarde davantage sur le lapin que sur le chasseur, mon côté "amis des bêtes" sûrement.

Alors oui, déçue que l'auteur n'ait pas approfondi cette confrontation entre l'homme et l'animal, n'ait pas  creusé la psychologie du chasseur. D'autant que le procédé du come-back pour appréhender les personnages m'a semblée un peu facile avec un sérieu manque d'intensité. Bref, ce court roman qui démarrait très fort a fini par m'ennuyer profondément.

  

Le mot de l'éditeur :

      Un roman d'éducation: fureur et mystèreAu cours d?une partie de chasse, un homme tombe dans une galerie souterraine. Tristan est désigné pour rester sur les lieux tandis que les autres iront chercher du renfort. Mais les secours n?arrivent pas et la tempête se lève. Une longue attente commence. Tout en essayant de soutenir moralement celui qui s?est blessé en tombant (et dont il se sent si loin), Tristan se remémore la suite des événements. Il revit sa rencontre avec sa femme Emma, l?évolution de leur relation. C?est elle qui l?a convaincu de partir chasser, pour que les autres l?acceptent dans le cercle des hommes. Il repense aussi à sa mère malade dont l?image le hante encore aujourd?hui, au petit garçon docile qu?il était alors à son chevet. Et lui, qui a toujours plié sous la volonté des femmes, interroge enfin la place de son propre désir.Tristan s?abrite de la tempête comme on se terre au fond d?un terrier, dialoguant en cachette avec un animal rescapé de la partie de chasse, quand les voix des humains ne lui parviennent plus. La nature se déchaîne alors dans une colère salutaire. Et peut-être le déluge, qui emporte tout sur son passage, obéit-il au rêve de Tristan de faire table rase.Avec Une partie de chasse, Agnès Desarthe signe un roman violent et énigmatique. Il nous parle d'un monde que les dieux auraient abandonné, laissant la place aux pulsions les plus secrètes qui dorment dans le c?ur des hommes.

 
Repost 0

Qui Sommes-Nous ?

  • : Les trois petits bouquins et le grand méchant tome...
  • Les trois petits bouquins et le grand méchant tome...
  • : Blog dédié entièrement à la littérature en général et aux romans en particulier. Les 3bouquins est un lieu de rencontre et d'échange pour tous ceux qui partagent ma passion pour les livres !
  • Contact

Rechercher Un Article

 

Piscine03

 

Pour nous écrire

Vous pouvez nous envoyer un mail :

3bouquins@gmail.com