Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 05:52

Guess what ??

Boulie's speaking...

 

De retour, après un silence prolongé.

J'vous ai manqué ?

Nan ? J'me doute, c'est pas très urbain ça, oui mais c'est l'jeu ma bonne Lucette !

Pas d'bras : pas d'chocolat... Pas de posts et on t'oublie...

 

Bon.

Un peu de sérieux, on y va, parlons du "Choeur des femmes" de Martin Winckler ?

 

Le pitch :

Wincler_femmes.jpgJe m'appelle Jean Atwood. Je suis interne des hôpitaux et major de ma promo. Je me destine à la chirurgie gynécologique. Je vise un poste de chef de clinique dans le meilleur service de France. Mais on m'oblige, au préalable, à passer six mois dans une minuscule unité de " Médecine de La Femme ", dirigée par un barbu mal dégrossi qui n'est même pas gynécologue, mais généraliste ! S'il s'imagine que je vais passer six mois à son service, il se trompe lourdement. Qu'est-ce qu'il croit ? Qu'il va m'enseigner mon métier ? J'ai reçu une formation hors pair, je sais tout ce que doit savoir un gynécologue chirurgien pour opérer, réparer et reconstruire le corps féminin. Alors, je ne peux pas - et je ne veux pas - perdre mon temps à écouter des bonnes femmes épancher leur coeur et raconter leur vie. Je ne vois vraiment pas ce qu'elles pourraient m'apprendre.

 

Mon point de vue :

Premier livre de cet auteur et aucun à-priori ni sur le sujet ni sur le personnage. Et je dois dire qu'au final, je me suis régalée...

C'est le livre "coussin chaud" par excellence. Celui qui vous fait du bien, qui vous conforte, qui vous remonte le moral... Celui qui vous fait sourire, qui vous raconte une belle histoire, qui est plein d'espoir, qui vous balance une situation tordue mais avec la solution qui va avec...

J'ai lu les 680 pages -comme une fleur- au rythme des épisodes de Dr House.

Le livre est écrit comme une bonne série d'ailleurs !

On le commence et l'effet addictif est immédiat. Il faut continuer, aller plus loin, accompagner Franz, clouer le bec de Jean...

J'ai bien aimé ces personnages (ainsi que tous ceux qui gravitent autour d'eux), leur relation, leur proximité/complicité, ce qu'ils s'apportent respectivement tout le long de ce livre. Ce 'vieux' Maître et son élève qui serait passée à côté de son don sans son éducation.

Il y a beaucoup de messages, pas mal de dénonciations (en terme de comportements inadmissibles), de vraies convictions... Bref, on sent ce Martin Winckler très investi, ardent défenseur du corps des femmes, qui prend autant soin de l'esprit que de l'organe reproducteur...

C'est un livre de femmes, on s'y retrouve toutes, à un moment donné ou à un autre une situation similaire résonne...

Sans être de la grande littérature, j'aime assez ces livres qui insufflent une goutte de potion magique et filent la patate le temps d'une lecture.

A la question histoire vs style ?

C'est l'histoire bien entendu qui prend largement l'ascendant mais elle n'est pas mal servie non plus... Soyons honnête, j'ai lu pire en terme d'écriture (et sans histoire) : c'est dire !!

Alors, si vous avez besoin d'un livre punchy et plein d'ondes positives rejoignez l'hôpital du Dr Karma et embarquez pour un voyage à Tourmens...

 

Extrait :

guillemet  Quand on pose des questions, on n'obtient que des réponses.

 

 

Et n'oubliez pas de revenir dire ce que vous en avez pensé !

Merci

 


 

 

Repost 0
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 12:00

 9782070421435978207041274797827096354799782258085510.gif978207036373597820703025819782848050911

 

L'écrivain de la famille de Grégoire Delacourt

Sors de ce corps William de David Safier

La cliente de Pierre Assouline

L'autre moitié du soleil de Chimamanda Ngozi Adichie

La promesse de l'aube de Romain Gary

Lunar Park de Bret Easton Ellis 

Roman sans titre de Thu Huong Duong

La petite Chartreuse de Pierre Péju

Le Clan des Otori, Tome 1 - Le Silence du Rossignol de Lian Hearn

Long week-end de Joyce Maynard

L'amour comme par hasard de Eva Rice

Le porte-lame de William Seward Burroughs

 

Le livre commun ce mois-ci : Un aller simple de Didier Van Cauwelaert

 

9782253138532.gif97822531247409782070313303978226405269897822661643379782907681872.gif

Repost 0
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 06:34

 

Vendredi soir dernier, se tenait notre Cercle de lecteur mensuel ...

 

Un Cercle passionné et passionnant comme il se doit, avec des digressions d'ordre "gynécologique", des controverses d'ordre "spacio-temporelle", et des discussions aussi riches qu'animées !!  

Ce mois-ci était une grande première pour Le Cercle qui a accueilli une "blogueuse" à sa table, en effet George Sand a gentillement accepté mon invitation (ayant appris par hasard que nous étions presque voisines !!), et ce fut un plaisir de partager ce moment avec elle, qui je l'espère ne sera pas le dernier !

Son point de vue sur cette soirée, ici ... 

 

Parmi la liste des livres présentés, voici ceux qui auront déchaîne les passions et enthousiasmé le Cercle ce mois-ci :

 

51FAK9BC0KL SL16041A84N5KQPL SL16041HY3W754ZL SL16041gT2%2BTqmcL SL160

 

Des billets à paraître sur certaines de ces merveilles très prochainement ... 

 

  

Repost 0
Published by Malika - dans Fourre Tout...
commenter cet article
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 06:10

La littérature est une source d'inspiration inépuisable pour le cinéma, et bien que l'on soit souvent déçu par une adaptation, reconnaissons que certains films sont de vraies merveilles ...

 

L'une des plus belles adaptations pour moi :

 

out of africaa 9782070766567

 

Et pour vous ?!!

 

Repost 0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 06:15

Mes autres lectures du mois qui ne feront pas l'objet d'un billet, mais que je voulais tout de même mentionner en une phrase ...

 516P4XTC1KL SL160

  Un joli moment de lecture pour ce roman très court aux allures de conte . 

 51D7GJP0T3L SL160

  Un roman qui se lit très bien mais qui ne laisse pas de trace ...

 

419YE93T63L SL160

 Un bon roman très agréable à lire sur les écrivains et leur microcosme.

 

51rOlp5044L SL160

Un roman parmi d'autres, mais pas désagréable à lire.

 

519XW45KGBL SL160

L'idée en soi est juste géniale mais la manière un peu "cartoon" de l'aborder m'a laissé sur le côté ... 

 

51YCK6505CL SL160

Un roman plein de qualité qui m'a pourtant ennuyé ...

 

 

 

Repost 0
Published by Malika - dans Fourre Tout...
commenter cet article
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 06:16

 

Féroces de Robert Goolrick

 

 

Féroces

 

 

Il y a des romans qu'on aimerait ne jamais avoir lu ...

Féroces est de ceux là .

 

Et pourtant quel roman !! Robert Goolrick frôle le chef d'oeuvre avec ce récit d'une intensité, d'une émotion et d'une profondeur assez vertigineuses. L'écriture est puissante et juste et la construction de son roman est d'une maîtrise incroyable, quant à la narration, elle est captivante, bouleversante et intelligente.

 

Oui, tout y est ...

Seulement "Féroces" est un mot faible pour décrire l'horreur qui est au coeur du livre. Nous avons tous un seuil de tolérance à l'immondice, à l'insoutenable et à la cruauté, le mien n'a pas pu dépasser la page 191.

 

Robert Goolrick nous dépeint une famille et nous amène à entrevoir les failles et les blessures qui se profilent, et très vite nous laisse imaginer un drame, une atrocité qui a dû se passer au sein même du foyer dont on attend tout, l'amour, la protection, la confiance ... Notre tension monte, on commence à redouter le pire, mais peut-on se préparer au pire ? Pour moi, la lecture n'a pu reprendre qu'à la page 237 ... 

 

Vous voilà prévenue !!! Je ne l'étais pas ...

 

 

 

Le mot de l'éditeur :

Les Goolrick étaient des princes. Et tout le monde voulait leur ressembler. C'étaient les années 50, les femmes se faisaient des coiffures sophistiquées, elles portaient des robes de taffetas ou de soie, des gants et des chapeaux, et elles avaient de l'esprit. Les hommes préparaient des cocktails, des Gimlet, des Manhattan, des Gibson, des Singapore Sling, c'était la seule chose qu'ils prenaient
au sérieux. Dans cette petite ville de Virginie, on avait vraiment de la classe, d'ailleurs on trouvait son style en lisant le New Yorker. Chez les Goolrick, il y avait trois enfants, tous brillants. Et une seule loi : on ne parle jamais à l'extérieur de ce qui se passe à la maison. A la maison, il y avait des secrets. Les Goolrick étaient Féroces. Comparé à William Styronet Flannery O'Connor, Robert Goolrick a créé avec son premier roman, Féroces, un de profundis sudiste, dans lequel un fils ne survit pas tout à fait aux crimes du père, même quand il piétine sa tombe avec des chaussures anglaises.

Repost 0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 06:37

Le tigre bleu de l'Euphrate de Laurent Gaudé

 

41BFAFH6NML SL160 

 

Les fidèles de ce blog n'ignorent plus mon admiration, ma fascination et le grand respect que m'inspirent les romans de Laurent Gaudé.

 

Hélas pour moi, il ne me restait plus aucun roman à découvrir de cet auteur, je les ai tous lu et adoré ... 

Et voilà que Leila, me parle d'un texte de cet auteur dont j'ignorais même l'existence ...et pour cause, Laurent Gaudé n'est pas seulement romancier, il est également dramaturge !

 

Je ne suis pas une adepte des pièces de théatre à lire, je préfère de loin les voir jouer ... Hors, "Le tigre bleu de l'Euphrate", est une pièce de théâtre certes, mais c'est un texte à une seule voix qui se lit donc comme un roman !!!

 

J'étais donc ravie d'avoir un nouvelle pépite de Gaudé à découvrir, quand Leila nous proposa d'aller l'écouter sur scène ... Le genre de proposition qui ne se refuse pas !!

Nous voilà donc parti écouter du Laurent Gaudé au Théatre Ouvert ...

Et autant vous dire que mon admiration pour cet auteur n'est pas prête de s'eteindre !!!

 

Tchéky Karyo joue Laurent le Magnifique qui vit ses dernières heures et se souvient de sa grandeur, de ses conquêtes, de ses hontes et de ses douleurs.

Tout Laurent Gaudé est dans ce texte, la beauté des hommes, l'humanité dans nos faiblesses, la grandeur des sentiments, la force des mots et la magie du conte.

 

Ce fût une heure et demi de voyage, de chair de poule, de larmes aux yeux et d'enchantement ... 

A défaut de voir la pièce, je vous recommande vivement de lire "Le tigre bleu de l'Euphrate", la réussite de la pièce tenant à 90 % au texte.

 

 

Le mot de l'éditeur : 

Alexandre va mourir. Après avoir battu le grand Darius, conquis Babylone et Samarkand, après avoir construit des villes et fondé un immense empire, il est terrassé par la fièvre. Il ne lui reste que quelques heures à vivre. Il ne tremble pas. Il contemple la mort et l'invite à s'approcher pour lui raconter lui-même ce que fut sa vie.
Alexandre parle et la mort l'écoute. le laissant revivre l'ivresse de son épopée et ressentir, une dernière fois, le désir. Celui de ne jamais interrompre sa course. De s'enfoncer toujours plus loin, dans des terres inconnues. le désir de rester toujours fidèle à cette soif intérieure que rien ne peut étancher.
Repost 0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 07:47

 

9782226193988 

Après mon impression très mitigée à la lecture de Magnus, j'avais très envie de lire autre chose de Sylvie Germain...

 

Mon choix s'est porté sur son dernier roman "Hors-champ" pour l'originalité et la témérité du sujet !!

Et effectivement, elle nous livre là une histoire très singulière, celle d'un homme qui va disparaître tout doucement de la vie de son entourage malgré lui et sans rien pouvoir y faire.

 

C'est un roman que j'ai lu quasiment d'une seule traite grâce à la fluidité de l'écriture et au récit très intrigant.

Si la plume de Sylvie Germain est toujours aussi agréable à lire, elle m'aura tout de même moins éblouie qu'à la lecture de Magnus.

 

Toute la qualité du roman est de laisser le lecteur totalement libre de comprendre et de percevoir l'histoire d'Aurélien selon sa propre perception des choses ...

"Hors-champ" à éveillé encore davantage ma curiosité et mon intérêt pour cette auteure au regard très pertinent, à l'écriture très affûtée et qui semble ne jamais se complaire dans la facilité... 

 

Sa bibliographie est déjà très riche, alors quel sera le prochain dans ma PAL ?!!

Vos suggestions sont les bienvenues !!!

 

 

 

Le mot de l'éditeur :

En une semaine, Aurélien, un homme ordinaire, va progressivement disparaître. Il est de plus en plus hors champ, perdant jusqu’à sa voix, son odeur et son ombre. Au fur et à mesure de cette genèse à rebours, il sort aussi de la pensée et de la mémoire des autres, même de ses proches. Cet effacement intensif s’opère au grand jour, dans l’agitation de la ville, à l’aune de tous ces naufragés qu’on ne regarde plus et qui ne comptent pour personne.

 

 

Repost 0
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 06:14

Sukkwan Island de David Vann

9782351780305

 

Attention âme sensible s'abstenir ...au risque de passer à côté de l'une des perles littéraires de l'année 2010 ...

Ce livre est si puissant qu'il se vit autant qu'il se lit : c'est une gifle pour certains, des frissons dans le dos pour d'autres, voire une petite insomnie passagère pour les plus émotifs ...

L'auteur aura mis 10 ans pour écrire ce roman dont on ne ressort pas indemne et qui vous marque au fer rouge pendant très longtemps...

que vous dire d'autre...

qu'il y est question d'aventure, d'amour père/fils et vice et versa, de survie, de repère, de dérive ...

que c'est un roman d'une intensité psychologique telle qu'il vous bouleverse et vous hante longtemps après l'avoir refermé ...

 

Une fois n'est pas coutume, les éloges de la presse que je partage :

Une force radioactive, un accélérateur du rythme cardiaque . -La Croix-

Admirable. - New York Times-

Une noirceur maléfique. Magnifique.- Télérama-

Jamais encore pareil livre n'avait été écrit.- The Guardian-

Un prodigieux roman. Absolument inoubliable. - RTL-

Un style typiquement américain digne de Richard Ford, Tobias Wolff et Cormac Mc Carthy. Magnifique, dense et débordant d'émotions. - Esquire UK-     

 

Le mot de l'éditeur :

Une île sauvage du Sud de l’Alaska, accessible uniquement par bateau ou par hydravion, tout en forêts humides et montagnes escarpées. C’est dans ce décor que Jim décide d’emmener son fils de treize ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une succession d’échecs personnels, il voit là l’occasion de prendre un nouveau départ et de renouer avec ce garçon qu’il connaît si mal. La rigueur de cette vie et les défaillances du père ne tardent pas à transformer ce séjour en cauchemar, et la situation devient vite incontrôlable. Jusqu’au drame violent et imprévisible qui scellera leur destin.

 

Repost 0
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 06:37

 

 9782702141786.jpg

 

Vendu comme le livre à lire ce mois-ci par "La griffe noire", je me suis laissée séduire par un titre qui me semblait très prometteur ...

 

Jack Rosenblum est juif, exilé d'Allemagne en 1937 pour échapper au pire, il débarque en Angleterre avec sa femme et sa fille, et compte bien devenir un véritable anglais .

Natasha Solomons, dont c'est le premier roman, nous raconte l'histoire très touchante de ses grands-parents et le rêve fou de son grand-père, construire son propre terrain de golf sur le sol britannique !

 

Elle prend le parti d'adopter le ton de la légèreté et de l'humour pour parler de l'exil, de la discrimination et de l'antisémitisme, son regard est plein de tendresse et d'amour pour ces deux personnages très attachants voire bouleversants parfois.

 

Son roman alterne entre rire et larme, entre le passé et l'avenir, entre Jack et Sadie...

L'un revendique le droit au bonheur et veut regarder devant lui pour ne pas pleurer le passé. Jack n'a qu'un but dans la vie : être heureux ! 

Tandis que pour son épouse, le devoir de mémoire est sacré, Sadie refuse d'oublier ses chers disparus restés en Allemagne et semble se complaire dans le souvenir et le chagrin.

 

Un très joli roman, très agréable à lire et qui laisse à réfléchir ... 

 

 

 

Le mot de l'éditeur :

Depuis qu’il a débarqué au port d’Harwich en 1937, Jack Rosenblum, un mètre cinquante-cinq de ténacité pure, entend devenir un véritable gentleman britannique. Il ne ménage ni sa peine ni ses efforts, et a rédigé un guide exhaustif des us et coutumes de son pays d’adoption. Il sait que la marmelade s’achète chez Fortnum & Mason ; il connaît par cœur les noms de tous les rois d’Angleterre, considère le bulletin météo de la BBC comme le moment phare de sa journée et ne parle plus allemand, sauf pour proférer des jurons. Mais, malgré toute sa bonne volonté, son désir de se fondre parmi les sujets de sa Royale Majesté se heurte à des obstacles. Notamment à la force d’inertie de son épouse Sadie, qui refuse obstinément de renier leurs origines, de tirer un trait sur leurs traditions, la recette de la Baumtorte, leurs amis d’autrefois, et ce monde juif allemand, anéanti, qui était le leur. Jack reste pourtant persuadé d’avoir trouvé sa patrie. Un seul point de son guide des coutumes britanniques reste encore à remplir pour que se réalise son rêve d’assimilation : on lui interdit de devenir membre d’un club de golf à Londres. Qu’à cela ne tienne, il quitte la capitale pour s’installer à la campagne, entre les cochons et les jacinthes, et entreprend de construire son propre green sur la colline de Bulbarrow…

 

 

 

Repost 0

Qui Sommes-Nous ?

  • : Les trois petits bouquins et le grand méchant tome...
  • Les trois petits bouquins et le grand méchant tome...
  • : Blog dédié entièrement à la littérature en général et aux romans en particulier. Les 3bouquins est un lieu de rencontre et d'échange pour tous ceux qui partagent ma passion pour les livres !
  • Contact

Rechercher Un Article

 

Piscine03

 

Pour nous écrire

Vous pouvez nous envoyer un mail :

3bouquins@gmail.com