Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 06:16

 

 Ouragan de Laurent Gaudé

 

 

Deux Laurent Gaudé en une semaine !!! ... Elle est amoureuse ou bien ?!!

Il faut bien reconnaître qu'avec un tel talent, le jeune homme en devient séduisant ...

Mais ne nous égarons pas, on est là pour parler littérature !!!

 

Ouragan,est le titre que j'ai proposé pour notre Cercle du 3 décembre dernier ... et c'est aussi le premier roman de Laurent Gaudé que je lisais !

Autant dire que ce fut une vraie révélation ... d'ailleurs toute sa bibliographie (enfin pour ce qui est des romans , car il a publié de nombreuses pièces également) y est passée depuis !!

Ouragan est un roman très impressionnant et très singulier dans lequel on se sent dès les premières lignes enveloppé dans une atmosphère envoutante entre une humanité qui transpire et une nature qui se déchaîne ...
 
C'est un récit choral dans lequel chacun des protagonistes pourrait être le personnage central du livre tant ils sont tous bouleversants, attachants, travaillés et profonds. Laurent Gaudé parvient, une fois encore, à donner une profondeur et une intensité à son roman, sur seulement 200 pages, comme peu d'auteurs en sont capables. Son écriture est d'une justesse et d'une puissance en parfaite harmonie avec ce qui se joue.
 
Je me suis curieusement sentie bien dans ce roman alors que l'ouragan arrive, va tout dévaster et repartir en laissant une ville meurtrie ...
Et puis la grande réussite de ce roman tient à la construction de sa narration, les histoires s'entremêlent, se croisent, se frôlent avec maitrise et maestria ... du grand art !!!   
 
 

Le mot de l'éditeur :  

Au coeur de la tempête qui dévaste la Nouvelle-Orléans, dans un saisissant décor d'apocalypse, quelques personnages affrontent la fureur des éléments, mais aussi leur propre nuit intérieure. Un saisissant choral romanesque qui résonne comme le cri de la ville abandonnée à son sort, la plainte des sacrifiés, le chant des rescapés

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 06:26

 

 

 

Voici, parmi tous les livres que j'ai présenté, celui qui a fait plus que l'unanimité ... qui a enflammé l'assemblée !!!

 

Et je vais de ce pas vous conter pourquoi ...

Avec Asher Lev, Chaim Potok titille tous nos sentiments les plus forts : l'Amour filial, la Révolte, la Passion, le Pardon, la Liberté, le Respect, la Confiance, et le tout sur fond de sujets "chauds-bouillants" : la religion, le devoir d'obéissance et la relation parent/enfant ...

 

Chaim Potok nous raconte une histoire bouleversante de celles qui ont une portée universelle et pourtant il nous parle d'un monde qui n'est pas le nôtre, celui des juifs hassidiques de New York, qui a ses codes, ses lois et ses croyances. Un monde dans lequel être un artiste équivaut à blasphémer.

 

Difficile d'en dire trop sans vous dévoiler le sel de ce roman,

Je terminerai donc en ajoutant

que Mr Potok à la sagesse d'un vieux juif allié à un vrai talent de conteur ...

que Lilia l'a lu d'une seule traite,

que Gunilla a parlé de "chef d'oeuvre",

que Françoise l'a offert sitôt l'avoir lu et que Serge l'a refermé en larme ...

 

Allez dépêchez-vous ... avec un peu de chance la librairie est encore ouverte !!!

 

 

 Le mot de l'éditeur :

  Dès l'enfance, Asher Lev dessine comme il respire. Ce n'est pas au goût de son père, qui ne peut supporter de voir son unique fils s'écarter de la tradition religieuse pour se livrer aux sottises de l'art. Heureusement pour le jeune homme, le grand Rèbbe, dont la toute-puissance spirituelle règne sur la communauté juive hassidique de Brooklyn, le comprend. Il s'incline devant ce destin exceptionnel et confie Asher au célèbre peintre Jacob Kahn qui devient son maître et lui révèle le monde prodigieux de l'art. Banni par les siens, Asher Lev abandonne alors la foi pour accéder aux merveilles de la création. Un roman magistral sur les affres du génie artistique, bien souvent synonyme de déchirements culturels, spirituels et intimes...

Asher Lev aime ses parents pour qui la religion juive est le pilier de leur existence, mais Asher Lev aime aussi l'art ... et il va devoir choisir ... 

Ce roman nous parle de ces choix qui s'imposent à nous parfois et vers lesquels on sent que notre vie dépend.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 06:17

La Porte des Enfers de Laurent Gaudé 

 

 

  

 

 

LISEZ LAURENT GAUDE !!!!!!!

 

Un conseil comme celui là vaut de l'or ...parole de lectrice !

A chaque nouveau livre de lui refermé, c'est la même pensée : "et dire que j'aurais pu passer à côté de ça !!!"

 

La Porte des Enfers se lit avec le coeur qui palpite, la rage aux ventres et les yeux humides ... 

L'histoire qui se déroule dans la magnifique région de Naples évoque nos chers disparus qui emportent un peu de nous en partant et nous laisse un peu d'eux pour poursuivre notre route.

 

Laurent Gaudé est un écrivain qui vous prend par la main dès la première phrase et l'on sait déjà qu'on est prêt pour le suivre partout, jusqu'au bout ...même si ça doit nous mener en enfer !   

Et c'est bien de cela dont il s'agit dans ce roman, nulle métaphore, il nous parle du deuil comme quelqu'un qui en a déjà beaucoup souffert, il nous décrit sa vision du "et après" et nous livre une histoire d'amour entre un père et son fils plus forte que la mort !

 

Laurent Gaudé donne l'impression à chacun de ses livres d'avoir vécu milles vies et d'en être ressorti plus riche et plus fort. C'est un auteur habité par ses personnages et ses histoires, qui me fascine un peu plus à chaque nouveau roman refermé.

 

 

Roman sublimissime à lire, relire et offrir !!!

 

 

 

Le mot de l'éditeur :

  Au lendemain d'une fusillade à Naples, Matteo voit s'effondrer toute raison d'être : son petit garçon est mort. Nuit après nuit, à bord de son taxi vide, il s'enfonce dans la solitude et parcourt au hasard les rues de la ville. Un soir, dans un minuscule café, il fait la connaissance du patron, Garibaldo, de l'impénitent curé don Mazerotti, et surtout du professeur Provolone, personnage haut en couleur, aussi érudit que sulfureux, qui tient d'étranges discours sur la réalité des Enfers. Et qui prétend qu'on peut y descendre... Ceux qui meurent emmènent dans l'Au-Delà un peu de notre vie, et nous désespérons de la recouvrer, tant pour eux-mêmes que pour apaiser notre douleur. C'est dans la conscience de tous les deuils - les siens, les nôtres - que Laurent Gaudé oppose à la mort un des mythes les plus forts de l'histoire de l'humanité. Solaire et ténébreux, captivant et haletant, La Porte des Enfers nous emporte dans un "voyage" où le temps et le destin sont détournés par la volonté d'arracher un être au néant

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 05:05

 

9782264023827Ce mois-ci ce fût à moi de proposer un "classique" dans notre liste, mon choix fût rapide : ce serait Orgueil et préjugés de Jane Austen.  

Une histoire d'amour à faire rêver toutes les fleurs bleues qui sommeillent en nous ...

Une histoire d'un romantisme à donner envie de courir les cheveux aux vents dans la campagne anglaise sous une pluie fine ...

 

Oui Orgueil et préjugésc'est ça ... mais pas seulement, chef d'oeuvre parmi les chefs d'oeuvre, Jane Austen a réussi le tour de force de rendre une histoire à l'eau de rose passionnante, exaltante et intemporelle.

Tout d'abord, il y a le ton du roman, sarcastique, ironique, impertinent, intelligent et drôle. Jane Austen décrit ses contemporains et les moeurs de ce début du XIXe siècle avec un regard avant-gardiste, une plume acérée et un humour très moqueur !!

Ensuite, il y a cette incroyable galerie de portraits, tous aboutis, finement analysés, magistralement orchestrés au profit de l'intrigue, d'une variété et d'une richesse psychologique étourdissante. Personnages attachants, ridicules, méprisables ou fascinants qui nous dépeignent la vie et les codes d'une époque bien révolue .

Et puis il y a le décor tellement facile à imaginer tant la plume de Jane Austen est imagée, précise et sensible. De charmant cottage au domaine prestigieux, de la campagne verdoyante anglaise aux réceptions si attendues des salles de bal ...tout y est pour s'y croire et s'évader.

 

Un roman que je relis régulièrement et qui m'emporte à chaque fois ...

 

Le mot de l'éditeur :

Orgueil et préjugés est le plus connu des six romans achevés de Jane Austen. Son histoire, sa question, est en apparence celle d'un mariage : l'héroïne, la vive et ironique Elizabeth Bennett qui n'est pas riche, aimera-t-elle le héros, le riche et orgueilleux...

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 05:01

  

 

 

Stéphanie nous a proposé La maison aux esprits d'Isabel Allende, et c'est le type même de roman qui rassemble, qui ne suscite aucune polémique (... n'attendez pas de contre-article ce coup ci !!!), un livre qui met tout le monde d'accord pour dire que c'est un grand roman !!!

 

Si ce roman est un succès interplanétaire depuis des décennies c'est parce qu'il y a tout, tout ce que la vie offre de plus terrifiant et de plus tragique mais aussi tout ce qu'elle nous offre de plus magnifique et de plus magique, le tout raconté par une conteuse hors pair. 

Le récit nous plonge tour à tour dans la féerie, l'amour, le courage, mais aussi la violence, la cruauté et la terreur.

 

C'est aussi une histoire qui permet une empathie totale avec des personnages forts tant ils reflètent la gamme complète de l'âme humaine; la méchanceté, le mépris, la frustration, la convoitise, le cynisme et la dureté cotoient la bonté, la douceur, la bravoure, l'abnégation, la générosité et parfois même le tout dans un seul personnage.

 

Cette saga familiale m'a bouleversée tant par l'histoire humaine qu'elle nous raconte mais aussi par cette page tragique et douloureuse de l'Histoire du Chili qui sert de fil conducteur au récit. Isabel Allende est très attachée à son pays et ça se ressent à travers les descriptions qu'elle en fait tant politique que géographique. 

 

Et puis bien sûr, et c'est peut être ce qui fait de ce roman toute sa force, il y a la magie, la féerie et tout ce que notre imaginaire met dans notre rapport aux esprits. Existent ils vraiment ? Peut on communiquer avec nos chers disparus ? Les êtres les plus purs ont-ils ce fluide, cette énergie qui permet de communiquer avec les éléments naturels ? Bref autant de choses auxquelles j'ai envie de croire et qui me fascinent !    

 

Je terminerai cet article on-ne-peut-plus dithyrambique en ajoutant qu'il fait parti des cinq livres que j'emporterai sur une île déserte, c'est vous dire si j'aime ce roman !!

 

 

 

Le mot de l'éditeur :

Entre féérie et cauchemar la saga de la famille Trueba avec son chef Esteban, riche propriétaire parti de rien, tyran familial et sénateur musclé, sa femme Clara hypersensible et qui dialogue volontiers avec les esprits et une foule de personnages, enfants légitimes ou non, employés, paysans. Portrait d'un pays passé sans transition des traditions rurales à l'horreur des tyranies modernes. Premier roman de la nièce de l'ancien président du Chili.

 

   

Partager cet article
Repost0
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 08:58
LE CLUB DES INCORRIGIBLES OPTIMISTES
DE JEAN MICHEL GUENASSIA
      9782253159643-copie-1.jpg
 
Ce livre est l'exemple même de l'intérêt de notre Cercle et de ce blog ...
Je m'explique : ce livre me faisait de l'oeil depuis plusieurs semaines dans la librairie de mon coeur sans que je daigne lui accorder mes faveurs; et puis voilà que Lilia nous le propose sur la liste de février...et là plus qu'une rencontre c'est un coup de foudre !!
 
J'ai dévoré ces 750 pages en 3 jours ...
C'est un livre qu'on ne peut pas lâcher !! C'est passionnant par le sujet, attachant par tous les personnages, émouvant par les drames qui s'y jouent et tellement plaisant à lire grâce à cette écriture fluide, simple et précise.
 
Vivement votre 2ème roman Mr Guenassia !!!...
Et dire que j'ai failli passer à côté de votre premier ...pffffff !!!
 
 
Le mot de l'éditeur :
Michel Marini avait douze ans en 1959. C’était l’époque du rock’n’roll et de la guerre d’Algérie. Lui, il était photographe amateur, lecteur compulsif et joueur de baby-foot au Balto de Denfert-Rochereau. Dans l’arrière-salle du bistrot, il a rencontré Igor, Léonid, Sacha, Imré et les autres. Ces hommes avaient passé le Rideau de Fer pour sauver leur peau. Ils avaient abandonné leurs amours, leur famille, trahi leurs idéaux, et tout ce qu’ils étaient. Ils s’étaient retrouvés à Paris dans ce club d’échecs d’arrière-salle que fréquentaient aussi Kessel et Sartre. Et ils étaient liés par un terrible secret que Michel finirait par découvrir. Cette rencontre bouleversa définitivement la vie du jeune garçon. Parce qu’ils étaient tous d’incorrigibles optimistes.
Partager cet article
Repost0

Qui Sommes-Nous ?

  • : Les trois petits bouquins et le grand méchant tome...
  • : Blog dédié entièrement à la littérature en général et aux romans en particulier. Les 3bouquins est un lieu de rencontre et d'échange pour tous ceux qui partagent ma passion pour les livres !
  • Contact

Rechercher Un Article

 

Piscine03

 

Pour nous écrire

Vous pouvez nous envoyer un mail :

3bouquins@gmail.com