Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 05:14

livre-coeur.jpg

 

Comme chaque mois, des titres se sont démarqués des autres lors de notre dernier Cercle du 6 mai. 

Ce mois-ci, deux titres ont fait l'unanimité (...de ceux qui les ont lu !), ce sont nos coups de coeur du mois :

9782869599109 9782070306138

  

 Cliquez sur l'image pour en savoir plus ...

 

Et pour vous ...le dernier coup de coeur, c'était quoi ?!  

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 05:24

 

Plage de Marie Sizun

  9782869599109.jpg

 

 

Voici le titre que j'ai proposé ce mois-ci à notre Cercle,  je vous en avais parlé il y a quelques mois ...

Ce que j'en disais à l'époque :  

 

Quelle bouffée d'air pur !!!

Ce roman est lumineux, doux et juste sans être mièvre ou inconsistant ... bien au contraire !

On se laisse complètement porter par une écriture incroyable de fluidité, de légèreté et de sensibilité .

Et puis bien sûr la mer, la plage, la Bretagne ...inépuisable source d'inspiration pour tout auteur qui cherche à refléter les variations de l'âme humaine.

Le talent de Marie Sizun est de nous captiver avec finalement pas grand chose puisqu'elle nous raconte la semaine d'une bibliothécaire qui attend son amant au bord de la mer, en Bretagne ... oui je sais, dis comme ça, avec un titre aussi plat et une couverture digne de "Nous deux", ça devrait pas le faire ... et pourtant ça le fait ... et je dirais même que c'est épatant !!!

 

Tous ceux qui l'ont lu sont tombés sous le charme, c'est que Marie Sizun nous dépeint tel un impressioniste l'âme humaine, nos doutes et nos ésperances ... Sa magnifique écriture et sa finesse psychologique suffisent à eux seuls à porter tout le roman ...

Nous vous le recommandons ...  

 

 

 

Le mot de l'éditeur :

 

Un peu perdue sur une plage bretonne, une femme attend l'homme qu'elle aime. Il a promis de la rejoindre à la fin de la semaine, pour huit jours ensemble. Il est marié. Dans l'impatience heureuse, puis l'anxiété de cette attente, elle trompe sa solitude en regardant, en écoutant autour d'elle tous ces gens en vacances... Images et voix diverses qui font remonter en elle des souvenirs tantôt proches, tantôt lointains, qui, bientôt, lui parlent étrangement. Qu'il vienne ou non, cet homme attendu, elle ne sera plus jamais la même. Avec un art qui lui est propre, Marie Sizun dresse le portrait tout en nuances d'une femme d'aujourd'hui. Avec finesse, elle explore l'intimité des êtres dans leurs moments de doutes et de passion. Plage est son cinquième livre publié aux éditions Arléa.  

 

Partager cet article
Repost0
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 05:37

Un tramway nommé désir de Tennessee Williams

tramwaydesir

 

Eh oui Johnny, on a tous quelque chose en nous de Tennessee !!!

Auteur de théâtre pour l'essentiel de ses oeuvres, Tennesse Williams nous a laissé tout de même quelques magnifiques romans dont "Le printemps romain de Mrs Stone", et "Une femme nommée Moise" qui m'ont accompagné toute ma jeunesse, sans parler de ces chefs d'oeuvre de l'âge d'or d'Hollywood nés des pièces de cet auteur d'exception qui ont nourri mon imaginaire de jeune fille ...

 

Autant vous dire que Tennesse Williams et moi, c'est une longue histoire d'amour !!

C'était donc avec joie et impatience que je me suis rendue à la Comédie Française pour voir "Un tramway nommé désir".

 

Outre une interprétation magistrale des comédiens, un décor et des costumes dignes de la Comédie Française, c'est le texte qui m'a fait frissonner, vibrer et pleurer au final.

Tennessee Williams a l'art de mettre en lumière ce qui nous rend beaux et vulnérables dans ce que nous avons de tellement humain ...nos vilaines faiblesses !!

Ces textes sont indémodables, intemporels et universels. Ils sont intenses, ils sonnent toujours justes et sont de cette beauté qui donne la chair de poule.

 

Pour ceux qui n'ont pas eu ma chance de voir la pièce, le film d'Elia Kazan avec Marlon Brando est un vrai joyau et puis bien sûr il y a le texte à lire et à relire ... 

 

Le mot de l'éditeur :

Dans un appartement minable de La NouvelleOrléans, Stella du Bois, descendante d'une vieille famille aristocratique, vit avec son mari Stanley Kowalsky, un Polonais pour les beaux yeux duquel elle a abandonné la plantation familiale.
Survient Blanche, la soeur de Stella : une créature de feu et de chair.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 05:27

9782234058644.jpg

Ce livre n'est pas un de ceux que j'ai proposé à notre cercle, et pourtant j'aurais pu !!! 

Parce que Justine Lévy, je l'adoooorrre !!! 

Je l'ai découverte grâce à "Rien de grave", et j'ai vite rattrapé le "Rendez vous" manqué, elle figure depuis parmi mon top 5 des jeunes auteurs français à ne surtout pas perdre de vue !

 

Tous ses romans sont, on ne peut plus personnels puisqu'elle y raconte des étapes de sa vie. Dans "Mauvaise fille", elle nous parle de cette période faite de joie et de douleur, lorsque enceinte d'une petite fille, elle perdit sa mère. Tout le talent de Justine Lévy est de parvenir à sortir les mots qui font échos pour raconter les failles qui jalonnent nos petites existence, ces mots mêmes qui font du bien.

 

Elle, seule, réussit à me faire rire et pleurer ( et ce n'est pas une façon de parler) avec un même livre ... et je n'ai pourtant pas la lecture très "expansive " !! 

Elle se livre sans jamais être impudique, elle nous touche parce qu'en parlant d'elle, elle parle de nous, le ton est toujours juste, la phrase toujours pertinente et son humour toujours présent pour désamorcer tous les drames !!!

 

Et puis aussi, il y a cet amour infini, inconditionnel pour son père (...oh combien célèbre et controversé !) qui me touche toujours, m'émeut même parfois.

Bref, vous l'avez compris Justine Lévy me plait, m'intéresse, me bouleverse ... et n'est ce pas tout ce que l'on demande à un auteur ?!!!

 

 

 

Le mot de l'éditeur :

Tandis que Louise va mettre au monde son premier enfant, Alice, sa mère meurt.[...]. Elle est le fruit d’un amour de jeunesse qui n’aura pas duré mais dont le père de Louise lui-même ne s’est sans doute jamais consolé. Si Louise a grandi, Alice n’est plus aimée.
Quand, après la disparition de sa mère, Louise retrouve son répertoire, elle comprend peu à peu qu’hormis les souvenirs indélébiles, ce carnet confus et sentimental est la seule chose qui va lui rester. À elle de recomposer la vie fracassée de cette femme au moment où elle doit envisager le présent et l’avenir de sa petite Angèle.

 

Partager cet article
Repost0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 04:54

livre-coeur.jpg

 

Comme chaque mois, des titres se sont démarqués des autres lors de notre dernier Cercle ...

Ce mois-ci, quatre titres ont fait l'unanimité (...de ceux qui les ont lu !), ce sont nos coups de coeur du mois :

 

9782709635479978207036373597820704127479782070421435

 Cliquez sur l'image pour en savoir plus ...

 

Et pour vous ...le dernier coup de coeur, c'était quoi ?!  

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 06:35

 

Indignation de Philip Roth

 

 

9782070123094.jpg

 

Ce livre nous fût proposé par Laetitia lors de notre dernier Cercle. Et après l'avoir écouté nous en parler, j'ai eu très envie de le lire ...

 

La thématique de l'insoumission résonnant très fort chez moi, je ne pouvais effectivement pas passer à côté de ce roman .  

 

Marcus, le héros du roman, est un personnage très fort et brillament raconté par Philip Roth. Le portrait psychologique de ce jeune homme sans histoire qui n'aspire qu'à étudier en paix est poignant et son histoire est juste écoeurante ..

 

Indignation est un roman sur l'insoumission au quotidien, sur le refus de suivre le mouvement, de rentrer dans le système et sur le droit de réfléchir par soi-même.

C'est un roman fort et bouleversant qui accuse et pousse à l'indignation ...

Un roman en colère qui dénonce et fait réfléchir...

Un roman qui fera écho à tous les insoumis, les rebelles et tous ceux qui ne veulent surtout pas suivre le troupeau les yeux fermés...

 

"Mais non, il n'avait pas pu. Pas pu croire comme un môme en quelque dieu stupide. Pas pu écouter leurs hymnes à la lèche-moi-le-cul ! Pas pu poser ses fesses sur leur sacro-sainte église. Et les prières, les yeux fermés : superstition primitive, sentant le pourri ! Notre Connerie, qui êtes aux cieux ! [...] Que pouvait-il faire d'autre, en Messner qu'il était, en bon disciple de Bertrand Russel qu'il était, que de taper du poing sur le bureau du doyen et lui lancer pour la deuxième fois :" Allez vous faire foutre !" ?  

 

J'ai aimé ce roman pour l'attachement au personnage de Marcus mais d'autres pourront y trouver aussi un regard critique sur la société américaine des années 50, sur le puritanisme et le rôle dominant de l'Eglise dans cette société apeurée.

 

Je connais très peu l'oeuvre de Philip Roth, mais ce roman m'aura vraiment donné envie d'approfondir la découverte de l'auteur.

 

 

 

Le mot de l'éditeur :

  Nous sommes en 1951, deuxième année de la guerre de Corée. Marcus Messner, jeune homme de dix neuf ans, intense et sérieux, d’origine juive, poursuit ses études au Winesburg College, dans le fin fond de l’Ohio. Il a quitté l’école de Newark, dans le New Jersey où habite sa famille. Il espère par ce changement échapper à la domination de son père, boucher de sa profession, un homme honnête et travailleur, mais qui est depuis quelque temps la proie d’une véritable paranoïa au sujet de son fils bien-aimé. Fierté et amour, telles sont les sources de cette peur panique. Marcus en s’éloignant de ses parents, va tenter sa chance dans une Amérique encore inconnue de lui, pleine d’embûches, de difficultés et de surprises.

Partager cet article
Repost0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 06:37

Le tigre bleu de l'Euphrate de Laurent Gaudé

 

41BFAFH6NML SL160 

 

Les fidèles de ce blog n'ignorent plus mon admiration, ma fascination et le grand respect que m'inspirent les romans de Laurent Gaudé.

 

Hélas pour moi, il ne me restait plus aucun roman à découvrir de cet auteur, je les ai tous lu et adoré ... 

Et voilà que Leila, me parle d'un texte de cet auteur dont j'ignorais même l'existence ...et pour cause, Laurent Gaudé n'est pas seulement romancier, il est également dramaturge !

 

Je ne suis pas une adepte des pièces de théatre à lire, je préfère de loin les voir jouer ... Hors, "Le tigre bleu de l'Euphrate", est une pièce de théâtre certes, mais c'est un texte à une seule voix qui se lit donc comme un roman !!!

 

J'étais donc ravie d'avoir un nouvelle pépite de Gaudé à découvrir, quand Leila nous proposa d'aller l'écouter sur scène ... Le genre de proposition qui ne se refuse pas !!

Nous voilà donc parti écouter du Laurent Gaudé au Théatre Ouvert ...

Et autant vous dire que mon admiration pour cet auteur n'est pas prête de s'eteindre !!!

 

Tchéky Karyo joue Laurent le Magnifique qui vit ses dernières heures et se souvient de sa grandeur, de ses conquêtes, de ses hontes et de ses douleurs.

Tout Laurent Gaudé est dans ce texte, la beauté des hommes, l'humanité dans nos faiblesses, la grandeur des sentiments, la force des mots et la magie du conte.

 

Ce fût une heure et demi de voyage, de chair de poule, de larmes aux yeux et d'enchantement ... 

A défaut de voir la pièce, je vous recommande vivement de lire "Le tigre bleu de l'Euphrate", la réussite de la pièce tenant à 90 % au texte.

 

 

Le mot de l'éditeur : 

Alexandre va mourir. Après avoir battu le grand Darius, conquis Babylone et Samarkand, après avoir construit des villes et fondé un immense empire, il est terrassé par la fièvre. Il ne lui reste que quelques heures à vivre. Il ne tremble pas. Il contemple la mort et l'invite à s'approcher pour lui raconter lui-même ce que fut sa vie.
Alexandre parle et la mort l'écoute. le laissant revivre l'ivresse de son épopée et ressentir, une dernière fois, le désir. Celui de ne jamais interrompre sa course. De s'enfoncer toujours plus loin, dans des terres inconnues. le désir de rester toujours fidèle à cette soif intérieure que rien ne peut étancher.
Partager cet article
Repost0
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 06:14

Sukkwan Island de David Vann

9782351780305

 

Attention âme sensible s'abstenir ...au risque de passer à côté de l'une des perles littéraires de l'année 2010 ...

Ce livre est si puissant qu'il se vit autant qu'il se lit : c'est une gifle pour certains, des frissons dans le dos pour d'autres, voire une petite insomnie passagère pour les plus émotifs ...

L'auteur aura mis 10 ans pour écrire ce roman dont on ne ressort pas indemne et qui vous marque au fer rouge pendant très longtemps...

que vous dire d'autre...

qu'il y est question d'aventure, d'amour père/fils et vice et versa, de survie, de repère, de dérive ...

que c'est un roman d'une intensité psychologique telle qu'il vous bouleverse et vous hante longtemps après l'avoir refermé ...

 

Une fois n'est pas coutume, les éloges de la presse que je partage :

Une force radioactive, un accélérateur du rythme cardiaque . -La Croix-

Admirable. - New York Times-

Une noirceur maléfique. Magnifique.- Télérama-

Jamais encore pareil livre n'avait été écrit.- The Guardian-

Un prodigieux roman. Absolument inoubliable. - RTL-

Un style typiquement américain digne de Richard Ford, Tobias Wolff et Cormac Mc Carthy. Magnifique, dense et débordant d'émotions. - Esquire UK-     

 

Le mot de l'éditeur :

Une île sauvage du Sud de l’Alaska, accessible uniquement par bateau ou par hydravion, tout en forêts humides et montagnes escarpées. C’est dans ce décor que Jim décide d’emmener son fils de treize ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une succession d’échecs personnels, il voit là l’occasion de prendre un nouveau départ et de renouer avec ce garçon qu’il connaît si mal. La rigueur de cette vie et les défaillances du père ne tardent pas à transformer ce séjour en cauchemar, et la situation devient vite incontrôlable. Jusqu’au drame violent et imprévisible qui scellera leur destin.

 

Partager cet article
Repost0
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 06:40

  Blonde de Joyce Carol Oates 

 

J'ai bien failli proposé ce roman pour notre Cercle, mais comme le dit roman fait tout de même 1160 pages...je me suis abstenue !!!

Ce qui est sûre c'est que d'une façon ou d'une autre, il fallait que je vous parle de Blonde

9782253152859

Joyce Carol Oates réussit là une prouesse littéraire incroyable en nous racontant la vie de Marilyn Monroe de l'intérieur : on est dans son coeur, dans son corps et dans son esprit ...C'est un livre qui donne le vertige, la nausée, et vous donne envie de hurler parfois !!!

Un livre qui m'a dévoré, qui m'a oppressé, qui m'a coupé le souffle ... je ne lisait pas la vie de Marilyn ...j'étais Marilyn !!

Parce que l'histoire qu'on nous raconte n'est pas seulement celle de la plus belle, la plus mystérieuse, la plus fascinante des femmes célèbres (...yes I love Marilyn for ever !!!!), c'est aussi une part de chacune d'entre nous ...

 

...Voilà pour l'aspect émotionnel du livre ...qui est, c'est vrai, considérable ... 

Mais ce n'est pas tout, il y a aussi l'intérêt et la richesse même de sa vie  !!

Rappelons tout de même ( ...pour ceux qui viendrait d'arriver sur notre planète Terre !!) qu'elle a côtoyé les plus grands de son époque - on y découvre un Brando grand prince, un Kennedy ignoble - qu'elle a traversé 3 passionnantes décennies de l'histoire américaine, qu'elle a connu Hollywood à son apogée ... bref un livre riche en anecdote et autres révélations !!!

C'est l'un des plus beaux livres de la romancière américaine et je vous suggère la nouvelle édition qui vient de paraître avec une incroyable préface de Justine Lévy (...tiens, tiens !!!!),  Blonde étant son livre fétiche ... 

 

Ce qui est sûre c'est qu'on ne voit plus Marilyn de la même façon après ce livre ...et pourtant en tant que fan, j'en ai lu des biographies !!

 

01 Joyce Carol OatesMarilyn a évidement pris toute la place de mon article, mais deux mots toute de même de l'immenseJoyce Carol Oates, pour ceux qui ne la connaîtraient pas elle a plus de 70 titres à son actif et elle a figuré deux fois parmi les finalistes du prix Nobel de Littérature ...

 

 

Le mot de l'éditeur :
"La Belle Princesse est condamnée à chercher dans les yeux des autres la confirmation de sa propre existence." Cette phrase résume bien la Marilyn étonnamment inédite que propose une grande dame de la littérature américaine. Il s'agit bien ici en effet de littérature : Joyce Carol Oates se glisse dans la peau de la star qu'elle interprète à sa manière, ignorant délibérément certains épisodes, en ajoutant consciemment d'autres. La star qu'on rencontre incarne avant tout une petite fille nommée Norma Jean, née de père inconnu, dans une famille frôlant la folie. Une jeune fille qui fit tout pour s'en sortir. Sans concession et admirablement raconté, le portrait fort et militant d'une grande actrice qui fut d'abord une femme victime d'un monde d'hommes
Partager cet article
Repost0
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 07:58

Ca faisait longtemps que notre chroniqueuse belge ne nous avait pas donné son avis.

Et pourtant, elle nous l'avait promis (pour mémoire, son dernier mot ICI)

 

La voilà de retour avec une chronique sur :

"la couleur des sentiments", Kathryn Stockett

 

couleursentiments

Le pitch : Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s'occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L'insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s'enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s'exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu'on n'a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l'ont congédiée. Mais Skeeter, la fille des Phelan, n'est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s'acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l'a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même lui laisser un mot. Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié ; moins encore la toléreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante. Passionnant, drôle, émouvant, La Couleur des sentiments a conquis l'Amérique avec ses personnages inoubliables. Vendu à plus de deux millions d'exemplaires, ce premier roman, véritable phénomène culturel outre-Atlantique, est un pur bonheur de lecture.

 

 

Qu'en ai je pensé ?

Je vous ai déjà laissé l'entendre (enfin, lire); j'ai adoré ce roman écrit par une jeune écrivain américaine, bourrée de talent et déjà en cours d'adaptation par Mr Spielberg lui-même.

C'est mon coup de foudre de ces derniers mois (et pourtant il y a eu Shimazaki et Khadra, c'est vous dire).

Je me suis immédiatement attachée aux personnages, Aibileen, Minny et Skeeter, qui m'ont collées à la peau et ont habité toutes mes pensées durant ma semaine de lecture (si seulement celle-ci n'avait jamais pris fin...).

L'auteur alterne les narratrices chapitre après chapitre, ce qui rend la lecture captivante. L'écriture "très parlée" du texte peut dérouter au départ mais je trouvais cela beaucoup plus crédible en bout de course.

Kathryn Stockett nous raconte à travers les yeux de ces deux bonnes noires et cette jeune journaliste blanche les relations entre ces premières et leurs maîtresses blanches qui, pour nombreuses d'entre elles (mais pas toutes), ne leur témoignent que mépris et racisme... (un projet de loi est sur le point d'interdire aux bonnes noires l'utilisation des toilettes de leurs maîtres, c'est vous dire..)

Il existe un vrai suspens tout au long de ce récit... J'ai cru que mon coeur s'arrêtait de battre à chaque page... Imaginez-vous, vous êtes plongés dans l’ambiance des années 60 au Mississipi, en pleine ségrégation, c'est l'époque de "Mad men"- JFK - Martin Luther King, mais aussi du Ku Klux Clan et deux bonnes noires acceptent de raconter leur vie au service des Blancs dans un livre.

IMPENSABLE !!

Elles ne se doutent pas que "la petite histoire s'apprête à rejoindre la grande, et que leur vie ne sera plus jamais la même." Elles prennent des risques inouïs à chaque ligne de ce livre qui s'écrit grâce à leurs témoignages poignants, bouleversants, drôles et ...passionnants.

 

Bon, je n'en dis pas plus... A vos pages, prêts, lisez !!!

 

Merci Julie, il nous faut tes chroniques plus souvent maintenant... On attend la prochaine très vite !


 

 


Partager cet article
Repost0

Qui Sommes-Nous ?

  • : Les trois petits bouquins et le grand méchant tome...
  • : Blog dédié entièrement à la littérature en général et aux romans en particulier. Les 3bouquins est un lieu de rencontre et d'échange pour tous ceux qui partagent ma passion pour les livres !
  • Contact

Rechercher Un Article

 

Piscine03

 

Pour nous écrire

Vous pouvez nous envoyer un mail :

3bouquins@gmail.com