Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 10:12

  9782226193957

 

Comme grand nombre de mes découvertes littéraires, je dois celle ci à La Griffe Noire ... et plus qu'un livre, c'est un petit bijou !! 

 

Une fois passé le titre (...certes un peu long) et la couverture ( ...pas des plus jolies)...on entre dans un véritable univers.

 

Un roman brillant et surprenant. Un sens de l’humour qui frôle parfois l'absurde, un vrai talent de conteur pour traiter d'un sujet universel et intemporel (les traces que notre enfance laissent sur notre parcours d'adulte) .

Le tout sur fond d'hommage aux écrivains américains et au rôle que joue la littérature sur nos existences ...

« Corrosif et inattendu. Un sommet de l’humour absurde. »The New York Times

« La littérature, suggère Brock Clarke, est tout à la fois la douleur et le salut de nos existences. »The Washington Post

 

Le mot de l'editeur

Moi, Sam Pulsifer, je suis l’homme qui a accidentellement réduit en cendres la maison d’Emily Dickinson à Amherst, Massachussetts, et qui ce faisant, a tué deux personnes, crime pour lequel j’ai passé dix ans en prison. Il suffira sans doute de dire que parmi les grandes et sinistres tragédies qui ont frappé le Massachussetts il y a les Kennedy, les sorcières de Salem, et puis il y a moi. »

 

 

 

Repost 0
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 15:08

Mon premier roman de Claudie Gallaye... Et l'envie d'en lire d'autres et notamment "Seule Venise" dont Malika parle ICI.

Depuis le temps qu'il me tend les pages celui-ci, il va vraiment falloir que je caresse sa couverture !

Mais, revenons à nos moutons Déferlantes...

C'est ma mère qui me l'avait recommandé. Mais comme pour tous les bouquins qu'elle me prête, elle ne m'en dit pas grand chose si ce n'est qu'ils devraient me plaire...

C'est maigre !

Et... souvent... ils me plaisent...

Alors, celui-ci n'a pas failli à l'innénarable : 'il devrait te plaire...'

 

Le pitch :

La Hague... Ici on dit que le vent est parfois tellement fort qu'il arrache les ailes des papillons. Sur ce bout du monde en pointe du Cotentin vit une poignée d'hommes.deferlantes gallay

C'est sur cette terre âpre que la narratrice est venue se réfugier depuis l'automne. Employée par le Centre ornithologique, elle arpente les landes, observe les falaises et leurs oiseaux migrateurs. La première fois qu'elle voit Lambert, c'est un jour de grande tempête. Sur la plage dévastée, la vieille Nan, que tout le monde craint et dit à moitié folle, croit reconnaître en lui le visage d'un certain Michel. D'autres, au village, ont pour lui des regards étranges. Comme Lili, au comptoir de son bar, ou son père, l'ancien gardien de phare. Une photo disparaît, de vieux jouets réapparaissent. L'histoire de Lambert intrigue la narratrice et l'homme l'attire. En veut-il à la mer ou bien aux hommes ? Dans les lamentations obsédantes du vent, chacun semble avoir quelque chose à taire.

 

Mon point de vue :

Tout d'abord, chauvine comme je suis (je sais je suis pénible avec ça mais le normand est mâchu je rapelle) ce roman se tient à la pointe du Cotentin. Et pour celui qui connaît cette terre du bout de la normandie, ce livre ne peut pas le laisser 'de glace' tant ses descriptions sont emplies d'embruns, de sel, du parfum de la pluie, de la violence des vagues quand elles cassent contre la falaise...

Donc 1er bon point pour Claudie !

Puis, son histoire... Elle m'a plue son histoire.

Des personnages qui tiennent sur les cinq doigts de la main. Peu me direz-vous et donc suffisamment creusés pour m'intéresser... Cabossés par la vie, transpirant le secret.

Des histoires de famille compliquées, des cadavres dans les placards, des amours contrariés bref beaucoup de choses qui résonnent chez moi !

Enfin, son style... Il me plaît aussi son style.

Preque sec voire brutal parfois, à la limite du hâché : idéal pour faire passer des émotions et notamment de la violence de sa tristesse, de son chagrin, de ses souvenirs douloureux...

Bon, j'ai adoré quoi !!!

 

Merci Claudie Gallay, j'avoue un jour j'aimerai avoir l'audace de me lancer et couvrir de mots une première page blanche, puis une seconde, puis une troisième et ne plus m'arrêter... jamais...

Claudie-Gallay

Tout comme vous !

 

 

 

 

 

 

Repost 0
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 14:41

J'aime Tonino Benacquista !

Voilà, c'est dit...

Malgré son nom, il est français et je dois dire que même si ses origines italiennes sont fortes je suis toujours très fière d'aimer des auteurs français.

Je trouve tellement mon compte auprès des étrangers que j'en suis presque étonnée quand je m'attache à un auteur qui pourrait sentir le fromage de ma normandie (alors que dire dès lors qu'il place ses histoires en son coeur ??).

Bref.

 

Malavita, c'est le ptit nom de la Casa Nostra...

Mais Malavita, c'est également le nom de la chienne de la famille Blake...

Voilà, Malavita, c'est l'histoire, d'une famille Italo-Américaine, planquée en France suite à un procès à l'issue duquel ça a balancé pas mal au sein de la mafia.

 

Le pitch :

Malavita BenacquistaUne famille d'Américains s'installe à Cholong-sur-Avre, en Normandie. Fred, le père, se prétend écrivain et prépare un livre sur le Débarquement. Maggie, la mère, est bénévole dans une association caritative et se surpasse dans la préparation des barbecues. Belle, la fille, fait honneur à son prénom. Warren enfin a su se rendre indispensable pour tout et auprès de tous. Une famille apparemment comme les autres, en somme.

Une chose est sûre, s'ils emménagent dans votre quartier, fuyez sans vous retourner...

 

Mon point de vue :

Qui dit "balance" dit forcément "planque".

Dans un petit patelin normand, non loin des plages du débarquement, chaque personnage est particulier et on s'attache à ces ados déracinés, cette femme qui s'émancipe et on s'amuse de cet ancien parrain qui a encore la main lourde sur la dynamite...

On voyage de New York à l'Italie, on partage la pasta et l'huile d'olive, on retourne à l'école avec les mômes qui débarquent et doivent faire leur trou...

Des personnages surprenants, un roman original, bien quoi.

Tonino Benacquista écrit très bien -mais ça c'est pas nouveau- alors je fais ma blonde en écrivant une pareille banalité mais je le souligne (z'avez compris non ?).

J'aime ses descriptions (lieux, personnages), elles sont fines, précises et il a l'art de nous embarquer dans ses histoires, vraiment !

 

Et vous, z'êtes "in love" ou bien ?

 

 

 

Repost 0

Qui Sommes-Nous ?

  • : Les trois petits bouquins et le grand méchant tome...
  • Les trois petits bouquins et le grand méchant tome...
  • : Blog dédié entièrement à la littérature en général et aux romans en particulier. Les 3bouquins est un lieu de rencontre et d'échange pour tous ceux qui partagent ma passion pour les livres !
  • Contact

Rechercher Un Article

 

Piscine03

 

Pour nous écrire

Vous pouvez nous envoyer un mail :

3bouquins@gmail.com