Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 04:28

Léon l'Africain d'Amin Maalouf

 

9782253041931.jpg

 

 

Si ce roman était un arbre : un cèdre du Liban

 

Si ce roman était une boisson : un thé à la menthe

 

Si ce roman était un verbe : apprendre

 

Si ce roman était un objet : une malle

 

Si ce roman était un dessert : des dattes

 

Si ce roman était un adjectif : passionnant

 

Si ce roman était un peintre : Gaughin

 

Si ce roman était une pièce de la maison : la bibliothèque

 

Si ce roman était un instrument de musique : un târ

 

Si ce roman était un cadeau : une carte géographique

 

Si ce roman était un metteur en scène : Sidney Pollack

 

Si ce roman était une musique : Mozart l'égyptien

 

 

Le mot de l'éditeur :

Cette autobiographie imaginaire part d'une histoire vraie. En 1518, un ambassadeur maghrébin, revenant d'un pèlerinage à La Mecque, est capturé par des pirates siciliens, qui l'offrent en cadeau à Léon X, le grand pape de la Renaissance. Ce voyageur s'appelait Hassan al-Wazzan. Il devint le géographe Jean-Léon de Médicis, dit Léon l'Africain. Sa vie, faite de passions, de dangers et d'honneurs, et que ponctuent les grands événements de son temps, est fascinante : il se trouvait à Grenade pendant la Reconquista, d'où, avec sa famille, il a dû fuir l'Inquisition, en Egypte lors de sa prise par les Ottomans, en Afrique noire à l'apogée de l'empire de l'Askia Mohamed Touré, enfin à Rome aux plus belles heures de la Renaissance, ainsi qu'au moment du sac de la ville par les soldats de Charles Quint. Homme d'Orient et d'Occident, homme d'Afrique et d'Europe, on pouvait difficilement trouver dans l'histoire personnage dont la vie corresponde davantage à l'époque étonnante que fut le XVIème siècle.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 04:57

 

Une femme simple et honnête de Robert Goolrick

 

9782266202190-copie-1

 

Si ce roman était une actrice : Catherine Zeta Jones

  

Si ce roman était une boisson : l'absinthe

Si ce roman était une couleur : gris

Si ce roman était un état américain : wisconsin

 

Si ce roman était une fleur : la rose rouge

Si ce roman était une chanson : je t'aime moi non plus

 

Si ce roman était un vêtement : le corset

Si ce roman était un adjectif : violent



Si ce roman était un dessert : une meringue

 

Si ce roman était un verbe : empoisonner

 

Si ce roman était une danse : une valse
 

Si ce roman était un prénom féminin : Jezabel

 

 

Le mot de l'éditeur :

Wisconsin, automne 1907.
Sur un quai de gare, Ralph Truitt, magnat local craint et respecté, attend un train en retard alors que s’annonce une tempête de neige. Ce train renferme son dernier espoir, une promesse de bonheur et d’harmonie retrouvée. Ralph Truitt a placé plusieurs mois auparavant une annonce dans un journal de Chicago, dans laquelle il a écrit qu’il était à la recherche d’une femme fiable, ayant renoncé aux illusions romantiques, mais sachant apprécier le confort d’un foyer.
Dans le train, Catherine Land s’apprête à le rencontrer. Elle lui a répondu qu’elle était cette femme simple et honnête qu’il appelait de ses vœux. Pour mieux l’en convaincre, elle se débarrasse de ses derniers atours de courtisane et se déguise en cette épouse modèle qu’elle compte bien incarner à la perfection, le temps de parvenir à ses fins.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 04:54

 

Auprès de moi toujours de Kazuo Ishiguro

 

9782848930190

 

Si ce roman était une couleur : blanc

 

Si ce roman était une saison : le printemps

 

Si ce roman était un verbe : vivre

 

Si ce roman était un genre littéraire : la poésie

 

Si ce roman était un paysage : une immense prairie avec une cascade

 

Si ce roman était une boisson : une eau de source

 

Si ce roman était une chanson : Thank you for hearing me de Sinnead O'Connor

 

Si ce roman était une pièce de la maison : le grenier

 

Si ce roman était un mot : amour

 

Si ce roman était un bruit : des chuchotements

 

Si ce roman était un super pouvoir : l'immortalité

 

Si ce roman était un vilain défaut  : la curiosité

 

 

Le mot de l'éditeur :

C’est à Hailsham que Kath, Ruth et Tommy ont grandi, protégés du monde extérieur. Ces êtres à part ont-ils toujours su qu’ils ont été créés dans un but précis ? Des années plus tard, Kath se retourne sur son passé et cherche un sens à tout ça. L’Anglais Kazuo Ishiguro, lauréat du Booker Prize pour Les Vestiges du jour (adapté au cinéma par James Ivory), se penche sur l’enfance idéalisée dans un monde en sursis. Par bribes, Kath délivre quelques pièces du puzzle. Et si la fin de ce récit semble la laisser à sa tristesse, elle n’en apparaît pas moins sereine. Car, elle le sait, les souvenirs restent...

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 04:59

 

Loving Franck de Nancy Horan

 

9782253133490.jpg

 

Si ce roman était une saison : le printemps

 

Si ce roman était une actrice : Merill Streep

 

Si ce roman était un verbe : aimer

 

Si ce roman était une ville : Florence

 

Si ce roman était un peintre : Edward Hopper

 

Si ce roman était un instrument de musique : le violoncelle

 

Si ce roman était une boisson : le champagne

 

Si ce roman était une région : La nouvelle-Angleterre

 

Si ce roman était un mot : liberté

 

Si ce roman était un vêtement : un chapeau cloche

 

Si ce roman était un metteur en scène : Clint Eastwood

 

Si ce roman était une chanson : You made me the chief oh your heart de Sinead O'Connor

 

 

 

Le mot de l'éditeur :

Chicago,1903. Un jeune couple, les Cheney, fait appel à Frank Lloyd Wright, l’architecte d’avant-garde, génial et rebelle, pour qu’il construise leur nouvelle maison. Et c’est le coup de foudre : Frank tombe follement amoureux de Mamah Borthwick Cheney. Au point que, quelques années plus tard, les amants partent pour l’Europe, abandonnant conjoints et enfants, au grand scandale de la bonne société américaine, puritaine et dévote. Où qu’ils aillent, Frank et Mamah, enchaînés par leur passion mais hantés par une culpabilité intolérable, font la une de la presse américaine. Ils rentrent aux Etats-Unis en 1914, et leur histoire d’amour va connaître un dénouement dramatique…

Partager cet article
Repost0
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 04:13

 

Le coeur cousu de Carole Martinez

   9782070379491.jpg

 

Si ce roman était une fleur : une fleur rouge à cause du cœur, un coquelicot

 

Si ce roman était une couleur : ben rouge, mais chiné (pas mal pour un portrait chinois) enfin un camaïeu de rouges (tendre et vif)

 

Si ce roman était un plat :  un plat du sud forcément, des gâteaux au miel et amandes

 

Si ce roman était un instrument de musique : une mandoline (même si elle vient d'Italie)

 

Si ce roman était une actrice : Penélope Cruz

 

Si ce roman était un paysage : un paysage aride avec du vent et de la poussière

 

Si ce roman était une boisson : un diabolo grenadine (pas pour le goût, pour le nom : on y trouve le diable et ça explose...)

 

Si ce roman était une ville :  une toute petite ville voire un village sans nom

 

Si ce roman était un verbe : transmettre (d'une mère à une fille, à des filles et plus généralement des parents à leurs enfants ou d'un écrivain à des lecteurs)

 

Si ce roman était un adjectif :  noueux (comme un pied de vigne avec ses promesses)

 

Si ce roman était une chanson : Courtyard Lullaby de Loreena MCKennitt que je vous invite à écouter : http://www.youtube.com/watch?v=8FazS5Zs7k8

 

Si ce roman était un peintre : Goya (ce n'est pas la même époque) pour ces dessins de sabbat et de sorcières

 

 

Le mot de l'éditeur :

Le coeur cousu Dans un village du sud de l'Espagne, une lignée de femmes se transmet depuis la nuit des temps une boîte mystérieuse... Frasquita y découvre des fils et des aiguilles et s'initie à la couture. Elle sublime les chiffons, coud les êtres ensemble, reprise les hommes effilochés. Mais ce talent lui donne vite une réputation de magicienne, ou de sorcière. Jouée et perdue par son mari lors d'un combat de coqs, elle est condamnée à l'errance à travers une Andalousie que les révoltes paysannes mettent à feu et à sang. Elle traîne avec elle sa caravane d'enfants, eux aussi pourvus - ou accablés - de dons surnaturels. Carole Martinez construit son roman en forme de conte : les scènes, cruelles ou cocasses, témoignent du bonheur d'imaginer. Le merveilleux ici n'est jamais forcé : il s'inscrit naturellement dans le cycle de la vie.

Partager cet article
Repost0
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 04:10

 

 

Là-haut, tout est calme de Gerbrand Bakker

 

9782070785032.jpg

 

Si ce roman était un vêtement : une salopette

 

Si ce roman était un verbe : partir

 

Si ce roman était une chanson : 5:55 de Charlotte Gainsbourg

 

Si ce roman était un acteur : Sean Penn

 

Si ce roman était une saison : toutes qui se succèdent et se répètent

 

Si ce roman était un peintre : Van Gogh

 

Si ce roman était une voiture : une chevrolet

 

Si ce roman était un instrument de musique : une guitare

 

Si ce roman était un dessert : des pommes au four

 

Si ce roman était un état américain : Ohio

 

Si ce roman était une couleur : l'ocre

 

Si ce roman était un arbre : un chêne

 

 

 

Le mot de l'éditeur :

Helmer van Wonderen vit depuis trente-cinq ans dans la ferme familiale, malgré lui. C'est Henk, son frère jumeau, qui aurait dû reprendre l'affaire. Mais il a disparu dans un tragique accident, à l'âge de vingt ans. Alors Helmer travaille, accomplissant les mêmes gestes, invariablement, machinalement. Un jour, sans raison apparente, il décide d'installer son vieux père au premier étage, de changer de meubles, de refaire la décoration de la maison. Le besoin de rompre la monotonie de sa vie et l'envie de mettre fin à ce face-à-face presque silencieux avec un homme devenu grabataire le font agir, plein de colère retenue. Les choses s'accélèrent le jour où il reçoit une lettre de Riet lui demandant de l'aide : Riet était la fiancée de son frère. Elle fut aussi à l'origine de son accident mortel...
En se mettant dans les pas d'un paysan du nord de la Hollande qui, à cinquante-cinq ans, comprend qu'il n'est pas trop tard pour combler ce manque qui le ronge, l'écrivain néerlandais évoque avec une grande force le désir humain de maîtriser sa vie et d'accéder à une forme de vérité intérieure. À la fois précise et poétique, l'écriture de Là-haut, tout est calme entraîne le lecteur dans une inoubliable quête de bonheur.

Partager cet article
Repost0
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 04:09

 

LA MARQUE DE WINDFIELD DE KEN FOLLETT

 

9782221107584

 

Si ce roman était un bruit : le feu
 

Si ce roman était une pièce de la maison : le salon
 

Si ce roman était un paysage  : la campagne anglaise
 

Si ce roman était une qualité : l'élégance
 

Si ce roman était un verbe : tricher
 

Si ce roman était une odeur : le cigare
 

Si ce roman était une boisson : le whisky

 

Si ce roman était un metteur en scène : Ang Lee

 

Si ce roman était un adjectif : abouti

 

Si ce roman était une chanson : "J'aime les Filles" de J. Dutronc

 

Si ce roman était un dessert : une crêpe flambée

 

Si ce roman était une couleur : brun

 

 

Le mot de l'éditeur :

Une prodigieuse science de l’intrigue, au cœur de l’Angleterre victorienne.
En 1866, plusieurs élèves du collège de Windfield sont les témoins d’un accident au cours duquel un des leurs trouve la mort. Mais cette noyade est-elle vraiment un accident ? Les secrets qui entourent cet épisode vont marquer à jamais les destins d’Edward, riche héritier d’une grande banque, de Hugh, son cousin pauvre et réprouvé, de Micky Miranda, fils d’un richissime Sud-Américain. Autour d’eux, des dizaines d’autres figures s’agitent, dans cette société où les affaires de pouvoir et d’argent, de débauche et de famille, se mêlent inextricablement derrière une façade de respectabilité…

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 04:51

Le portrait chinois de

 

La petite chartreuse" de Pierre Péju

  9782070313303.jpg

 

Si ce roman était un acteur : Bruno Kremer 

Si ce roman était une boisson : le thé à la menthe maritaunien  

Si ce roman était une couleur : bleu gris 

Si ce roman était une ville : Grenoble 

Si ce roman était une odeur : la transpiration 

Si ce roman était un instrument de musique : le violoncelle 

Si ce roman était un verbe : mourir 

Si ce roman était un vêtement : une cape 

Si ce roman était un adjectif : amer 

Si ce roman était une chanson : une chanson d'Alain Souchon 

Si ce roman était un autre titre : "La vie ne tient qu'à un fil" 

  

 

Le mot de l'éditeur :

Un fait divers comme il en arrive si souvent : un jour, le libraire Vollard percute en voiture la petite Eva. L’homme des livres, l’homme de la mémoire et de la circulation des livres, souffrira à jamais de cet accident qui fait perdre à la fillette, ironie du sort et de la fiction, l’usage de la parole.

Livre sur le mutisme, le remords, les mots, le bonheur des livres et la beauté du métier de libraire, La Petite Chartreuse (du nom de ces religieuses qui faisaient vœu de silence en entrant dans les ordres et du mystérieux massif de la Chartreuse dans les Alpes) est une fable moderne sur le destin et le langage : que peuvent les mots quand la fatalité vous brise et vous coupe irrémédiablement du monde  ?


Partager cet article
Repost0
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 04:32

Le portrait chinois de

 

"Millenium T1" de Stieg Larsson

  

9782742793099.jpg

 

Si ce roman était un bruit : un homme qui respire dans le téléphone

Si ce roman était un paysage : la ville dans la pénombre

Si ce roman était une couleur : vermillon
Si ce roman était un instrument de musique : la contrebasse
Si ce roman était une fleur : un chardon

Si ce roman était une odeur : la sueur

Si ce roman était un verbe : contre-attaquer

Si ce roman était un autre roman : Le Dahlia noire de James Ellroy

Si ce roman était l'un des 5 sens : l’odorat

Si ce roman était une boisson : le café robusta

Si ce roman était un tableau : le cri d’Edvard Munch

Si ce roman était une chanson : Paint it black - the Rolling Stones


Le mot de l'éditeur :

Ancien rédacteur de Millénium, revue d'investigations sociales et économiques, Mikael Blomkvist est contacté par un gros industriel pour relancer une enquête abandonnée depuis quarante ans. Dans le huis clos d'une île, la petite nièce de Henrik Vanger a disparu, probablement assassinée, et quelqu'un se fait un malin plaisir de le lui rappeler à chacun de ses anniversaires.
Secondé par Lisbeth Salander, jeune femme rebelle et perturbée, placée sous contrôle social mais fouineuse hors pair, Mikael Blomkvist, cassé par un procès en diffamation qu'il vient de perdre, se plonge sans espoir dans les documents cent fois examinés, jusqu'au jour où une intuition lui fait reprendre un dossier.
Régulièrement bousculés par de nouvelles informations, suivant les méandres des haines familiales et des scandales financiers, lancés bientôt dans le monde des tueurs psychopathes, le journaliste tenace et l'écorchée vive vont résoudre l'affaire des fleurs séchées et découvrir ce qu'il faudrait peut-être taire.

Partager cet article
Repost0
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 04:31

Le portrait chinois de

 

"Fanfan" de Alexandre Jardin

  

9782070385133.jpg

 

Si ce roman était une couleur : jaune

Si ce roman était une chanson : On ira tous au paradis de Polnareff

Si ce roman était une boisson : un diabolo fraise

Si ce roman était un paysage : la mer

Si ce roman était une saison : le printemps

Si ce roman était un verbe : aimer

Si ce roman était une danse : un slow

Si ce roman était un adjectif : heureux

Si ce roman était une fleur : une marguerite

Si ce roman était un vêtement : une robe légère

Si ce roman était un instrument de musique : une flûte

Si ce roman était un dessert : un bavarois à la framboise.

 

 

Le mot de l'éditeur :

Alexandre Crusoé et Fanfan ont vingt ans lorsqu'ils se rencontrent pour la première fois. Il comprend très vite que cette fille imprévisible est la femme de sa vie et qu'elle l'aime ; mais il n'a pas le courage de tromper ou de quitter Laure avec qui il coule des jours paisibles. L'idée de marcher sur les traces de ses parents inconstants le panique. Il rêve de stabilité et redoute l'énergumène passionné qui sommeille en lui. En digne descendant de Robinson Crusoé, Alexandre se lance alors dans une aventure singulière : il décide de résister toujours au désir que lui inspire Fanfan et de ne jamais avouer sa passion afin de la soustraire à l'usure du temps. Faire la cour à Fanfan sans fléchir devient sa maxime. Elle est libre et non libérée. Sa désinvolture fascine Alexandre autant qu'elle l'affole. Amoureuse, elle usera de toutes les ressources de son imagination pour exacerber la concupiscence d'Alexandre, avec l'espoir de l'obliger ainsi à renoncer à sa résolution. Fanfan est le roman d'un jeune homme qui voulut prolonger éternellement les préludes d'un amour.
Partager cet article
Repost0

Qui Sommes-Nous ?

  • : Les trois petits bouquins et le grand méchant tome...
  • : Blog dédié entièrement à la littérature en général et aux romans en particulier. Les 3bouquins est un lieu de rencontre et d'échange pour tous ceux qui partagent ma passion pour les livres !
  • Contact

Rechercher Un Article

 

Piscine03

 

Pour nous écrire

Vous pouvez nous envoyer un mail :

3bouquins@gmail.com